L'ALCOOL EN THAÏLANDE

BARS EN THAILANDE
Même si la tendance est de moins en moins en vogue avec un tourisme visiblement plus familial, la Thaïlande demeure une destination où l'on peut s'amuser et faire la fête tard dans la nuit, spécifiquement dans les zones touristiques. Les thaïlandais ne sont pas en reste en ce qui concerne la consommation excessive d'alcool (et d'autres substances). 
Même si le gouvernement depuis quelques années, mène une campagne de prévention, dans les campagnes les plus reculées, whiskies et alcools de riz de piêtre qualité engendrent un réel problème de santé publique, tant parmi les hommes que les femmes. Longtemps, la police thaïlandaise est restée laxiste, la conduite en état d'ébriété jusque dans les années 2010 restait impunie. Les touristes occidentaux sévèrement réprimés dans leurs pays respectifs s'en donnaient à coeur joie et profitaient de cette liberté plus que de raison. Aujourd'hui, dans les grandes stations balnéaires, mieux vaut respecter la règlementation et s'abstenir de conduire s'il on a dépassé le taux d'alcoolémie toléré (0,4g d'alcool par litre d'air expulsé, soit 2 ou 3 bières selon la corpulence de l'individu)...

  (BIEN) fAIRE LA FÊTE EN THAÏLANDE

ivrogne en thailande
Picoler, l'équipe de rawai.fr sait y faire, elle est même spécialiste en la matière ! Notre staff est en effet essentiellement composé de vieilles poches anarchistes et d'anciens drogués. L'abus de comptoirs en France et ailleurs, nous a usé les coudes, le Calvados ruiné les neurones, et le fait de vivre en Thaïlande n'a pas calmé nos funestes excès, bien au contraire...

"C'est ça le problème avec la gnôle, songeai-je en me servant un verre. S'il se passe un truc moche, on boit pour essayer d'oublier s'il se passe un truc chouette, on boit pour le fêter, et s'il ne se passe rien, on boit pour qu'il se passe quelque chose." Women - Charles Bukowski

Usés, malades, diminués, mais certainement pas neutralisés. Nous continuons tant bien que mal d'alimenter passionnément les différentes rubriques et à faire vivre rawai.fr. Le sujet traité sur cette page nous étant familier, nous tenterons de partager nos expériences personnelles afin de vous éviter le pire lors de vos sorties alcoolisées en Thaïlande.

  DANS LES BARS ET NIGHT CLUBS THAILANDAIS

QUE BOIRE DANS LES BARS EN THAILANDE

Il fut un temps déjà lointain où nous écumions frénétiquement les quartiers chauds de Pattaya, Patpong, Koh Samui et Phuket, le tourisme sexuel était alors à son paroxysme. L'ambiance y était souvent festive et les lois locales totalement permissives. Les bars restaient ouverts toute la nuit et chacun agissait selon son bon plaisir, sans se soucier d'aucune règle. La débauche était à son comble, abyssale. Une époque révolue...

Aujourd'hui, la fête bat toujours son plein dans certains quartiers bien délimités de Pattaya, Phuket, Bangkok ou Koh Samui, malgré des règlementations précises et un encadrement des autorités plus sévère.

Durant la vie nocturne, voici quelques recommandations à respecter pour éviter de passer pour un malotru, un voyou, un vaurien ou un gros con :

  • On prend soin de s'habiller correctement (pas de marcel) et de ne pas sentir le chacal.
  • On se soucie par avance de savoir si on va pouvoir payer sa (ses) consommation(s).
  • Quand on rentre dans un bar, on salue le personnel et les clients déjà présents.
  • On consomme, on ne s'enfuit pas même si les hôtesses ne sont pas à votre goût. Par contre si elles ne décollent pas de leur putain d'iphone, vous êtes bien entendu autorisés à rebrousser chemin.
  • En ces temps de crise, il est de bon ton de payer un coup au moins à l'un des staff.
  • On paye sa consommation tout de suite même si l'on compte boire plusieurs coups.
  • On ne vomit pas aux pieds des clients.
  • On ne demande pas où se trouvent les toilettes (elles sont immanquablement au fond de l'établissement).
  • On évite les longs tripatouillages avec les filles.
  • On ne se prend ni pour un acteur hollywoodien, ni pour un émir saoudien, ni pour un caïd de banlieue.
  • On ne se bat pas avec les occidentaux et surtout pas avec les thaïlandais.
  • On ne consomme pas de stupéfiants en public. 
  • En boîte de nuit, évitez les écarts, le personnel de sécurité prend un malin plaisir à "cogner du farang".
  • Si vous êtes raide dépouillé, ne conduisez pas, faîtes vous raccompagner ou prenez un taxi.

  LES DIFFÉRENTS ALCOOLS EN THAÏLANDE

1/ LES BIERES THAILANDAISES

La Thaïlande produit 3 bières : La Singha, la Leo et la Chang. Bien sûr il est possible de trouver des bières importées dans la plupart des bars, restaurants et de nombreuses grandes surfaces. Les bières en bouteilles (33 cl) sont toujours servies dans des condoms destinés à conserver leur fraîcheur. Ne soyez pas surpris, les thaïlandais qui consomment souvent la bière en grandes bouteilles, la servent dans des verres et ajoutent de la glace.

  • SINGHA :

La plus ancienne et la plus connue des bières thaïlandaises est la Singha. Elle est brassée par Boon rawd Company.
Cette brasserie a débuté ses activités en 1933, dans le Nord de Bangkok. Elle est devenue l'une des brasseries les plus modernes et les plus grandes du pays.
Cette bière est à juste titre, considérée par de nombreux buveurs comme la meilleure bière du marché thaïlandais. 
La brasserie Boon Rawd a reçu un mandat royal en 1939 autorisant l'affichage de l'emblème royal Garuda et est la seule bière à recevoir une telle autorisation. Depuis 2007, la nouvelle Singha contient 5% d'alcool contre 6% les années précédentes.
  • CHANG :

La "bière éléphant" (chang=éléphant) est une bière blonde, à 5° d'alcool. Elle a été lancée pour conquérir le marché populaire. La Chang est généralement la favorite des backpackers, peut être à cause de son prix, elle est vendue 20 % en dessous de la Singha. La bière Chang est produite dans la ville d'Ayutthaya.

  • LEO :

La troisième bière fabriquée en Thaïlande est la Leo. Il est brassée par la même entreprise qui produit la bière Singha. La bière Leo est considérée comme une alternative bon marché à la bière Singha. Son volume d'alcool est de 5%. Les connaisseurs s'accorde à dire que la bière Leo est moins savoureuse que ses concurrentes.

2/ LES PRINCIPAUX SPIRITUEUX THAÏLANDAIS

Les spiritueux thaïlandais sont généralement moins forts que leurs concurrents occidentaux et la tendance naturelle est donc d'en boire plus et plus vite. Leur particularité est de saouler en douceur. Le Sangsom est le plus alcoolisé d'entre eux avec un volume de 40% d'alcool. 
Evitez d'abuser du Lao Khao, qui fait des ravages sanitaires dans le milieu rural.
  • SANGSOM :

"Sangsom" signifie clair de lune en thaïlandais. Ce spiritueux très populaire en Thaïlande est souvent considéré comme du whisky mais il s'agit en fait d'un rhum issu d'une combinaison de mélasse et de fruits frais. Son volume d'alcool est de 40%. Il a été introduit en novembre 1977 et est depuis devenu une marque dominante sur le marché thaïlandais. Il est généralement consommé avec du soda ou du coca.
  • MEKHONG :

Spiritueux thaïlandais élaboré au sein de la distillerie Bangyukhan et créé en 1941, il fut baptisé du nom de la rivière Mekong rendue célèbre lors du tracé difficile de la frontière avec le Laos. Cet alcool est distillé à partir de 95% de mélasse et 5% de riz auquel sont rajoutés du sucre, des épicés et des herbes aromatiques. Poucentage d'alcool : 35%. 
  • BLEND 825 :

Fabriqué à partir de vieux malts écossais, de whisky de grain et de spiritueux neutres de qualité, le Blend 825 est mis en bouteille à la distillerie Red Bull en Thaïlande. Son volume d'alcool est de 35 %. Ce spiritueux onctueux et bien équilibré offre des notes de caramel, mélangée à une pointe de malts tourbés.
  • HONG THONG :

Doux et facile à boire, le whisky Hong Thong est fabriqué à base de mélasse et de riz par la célèbre distillerie Bangyikhan près de Bangkok. "Hong Thong" se traduit en français par Phoenix d'or. 35 % d'alcool.
  • LAO KHAO :

Le Lao Khao est un alcool distillé à partir de riz gluant distillé. Il est beaucoup moins cher que tous les autres alcools forts, ce qui explique sa forte popularité après de la population thaïlandaise la plus pauvre. Il est synonyme d'alcoolisme dans les régions rurales de l'Isaan. On ne boit pas le Lao Khao pour son goût, mais pour se saouler lors des célébrations ou cérémonies. Si vous consommez exagérément ce breuvage, il est préférable de ne rien avoir à faire d'important le lendemain... 

  PROBLÈMES LIÉS À UNE SURCONSOMMATION

Maladies cardiovasculaires, tension artérielle, envies suicidaires, bouffées délirantes, violences verbales ou physiques, comas, pertes de mémoire, impuissance sexuelle, gueules de bois, "crises de foies", impact sur le budget, accidents de la route, amendes, peines de prison, improductivité, perte de temps, etc...  Impossible de recenser le nombre de dommages et problèmes collatéraux causés par une consommation excessive d'alcool.

Pour passer un meilleur séjour et profiter au mieux de celui-ci, il est évidemment conseillé d'oublier les beuveries systématiques pour éviter les lendemains difficiles. La gueule de bois dans les pays tropicaux n'est pas synonyme de productivité... Si malgré nos conseils, vous êtes gagné par une soif incontrôlable de boisson et de fête, essayez de rester raisonnable, ne prenez pas votre scooter, ne buvez que de la bière, évitez les mélanges, bannissez les spiritueux, ne consommez qu'à la nuit tombée et si vous êtes motorisés, rentrez à votre hôtel avant minuit. Les estomacs délicats prendront soin de boire plus d'un litre d'eau par jour, afin d'éviter la déhydratation et ses effets perturbateurs génants. 

  LES THAÏLANDAIS ET L'ALCOOL

ALCOOLISME EN THAILANDE
On se souvient d'un sondage du petit journal (lepetitjournal.com) publié il y a quelques années, qui estimait que 59% des femmes de 25 ans à 60 ans, habitant dans les zones rurales de l'Issan, consommaient de l'alcool (bière et lao khao) au quotidien. Les personnes interrogées précisaient avoir commencé à boire à l'âge de 16 ans et justifiaient leur consommation par la facilité d'acheter de l'alcool à toute heure de la journée. Elles ajoutaient que l'alcool facilitait leur socialisation. L'enquête soulignait que même les femmes vivant en milieu urbain buvaient de plus en plus.

Le magazine Gavroche (gavroche-thailande.com) avait lui-aussi dédié en 2011, un excellent article sur les problèmes liés à l'alcoolisme en Thaïlande, intitulé  " Thaïlande, pays ivre : le royaume peut-il soigner son alcoolisme ? "
L'analyse confirmait plus de 14,9 millions de consommateurs réguliers (23% de la population), faisant dela Thaïlande l’une des nations qui consomment le plus d’alcool au monde.  Après avoir encouragé la population à consommer plus d’alcool pour soutenir les industries nationales,  le gouvernement tente aujourd'hui, d’enrayer l’alcoolisme en mettant en place une batterie de réglementations et de mesures préventives : 

  • Toute publicité télévisée pour des boissons alcoolisées est interdite avant 22 heures. 
  • La vente d'alcool est interdite aux mineurs.
  • La vente  est autorisée entre 11h et 14 heures et de 17 heures à minuit.
  • Les boissons alcoolisées ne peuvent pas être vendues ni consommées dans les établissements scolaires, les parcs ou encore les enceintes administratives, sous peine d’amende.
  • Les contrôles d’alcootest sont plus fréquents, notamment à la sortie des boîtes de nuit. 
  • La publicité pour les marques d’alcool a disparu des panneaux d’affichage et des écrans de télévision. 
  • Le taux d’alcoolémie toléré est désormais fixé à 0,5 gramme, le même qu’en France. Depuis 2008, les personnes qui enfreignent ces mesures sont emmenées au poste et passent en comparution immédiate. Et les amendes coûtent cher : entre 6 000 et 10 000 bahts. Sans oublier les six mois à deux ans de suspension du permis de conduire et les heures de travaux d’intérêt général. Les étrangers sont soumis aux mêmes conditions. 
Malgré tous ces efforts, l'impact sur la population semble limité.

  UNE NUIT AU POSTE

CONTROLE ALCOOTEST EN THAILANDE
Les policiers s'activent généralement à la fermeture des bars. Les consommateurs de ganja s'abstiendront de fumer pendant leur séjour ! Les tests salivaires sont également effectués (à Phuket notamment) et s'ils s'avèrent positifs, les peines encourues sont absoluement démentes et vous risquez de vous souvenir très longtemps de ce voyage infernal... Les policiers des zones touristiques sont totalement intransigeants avec le type caucasien et quasi-racistes avec le type africain. Dans le meilleur des cas et selon votre consommation mesurée, vous devrez vous délester de 10 000 THB minimum de bakchich, si vous êtes chanceux, habiles ou accompagnés de thaïlandais, peut être éviterez-vous le passage par le poste de police le plus proche. Sinon, vous bénéficierez d'un transport gratuit directement au police station, vous soufflerez dans un éthylotest performant et dormirez au mitard avant de passer devant le tribunal, d'écopper d'une lourde amende (jusqu'à 20 000, voire plus), d'une peine avec sursis et d'une épée de Damoclès au dessus de la tête pour le reste de vos vacances.
Si vous êtes totalement cuits en sortie de bar, pour ne prendre aucun risque, laissez votre véhicule sur place et faîtes-vous raccompagner. 

  COMPAREZ LE PRIX DES HÔTELS EN THAÏLANDE