LES ÎLES DE LA MER D'ANDAMAN

Carte de la Mer d'Andaman dans l'Océan indien
La Mer d'Andaman est une mer tributaire de l'océan Indien, bordant les côtes du Myanmar, de la Thaïlande, du territoire indien des îles Andaman-et-Nicobar et de l'Indonésie. Outre ses bordures terrestres du Myanmar, de la Thaïlande et de l'Indonésie, elle est limitée à l'Ouest par le Golfe du Bengale, au Sud par le Détroit de Malacca et la pointe septentrionale de l'île de Sumatra en Indonésie. On connait bien les îles thaïlandaises implantées en Mer d'Andaman, on connait moins bien les îles Andaman et Nico, on ignore tout de l'Archipel des Mergui au Myanmar voué à un essor touristique certain, dans la prochaine décennie. On connait également la Mer d'Andaman pour ses actes de piraterie. Depuis quelques années, des opérations militaires sont menées pour lutter contre les malfrats sans scrupules. Le nombre de victimes aurait d’ailleurs diminué. Attention, le risque de se faire piller et malmener dans le Nord du Détroit de Malacca est encore trop élevé pour que les plaisanciers s'y risquent. 

L'Organisation hydrographique internationale (OHI) définit les limites de la mer d'Andaman de la façon suivante :

  • Au Sud-Ouest : Une ligne allant de Ujung Raja, à la pointe Nord-Ouest de Sumatra, et passant par Pulau Breueh, et suivant les îles occidentales des îles Nicobar jusqu'à Sandy Point, sur la Petite Andaman, de sorte que tous les détroits et chenaux soient attribués à la mer d'Andaman.
  • Au Nord-Ouest : Une ligne allant du cap Negrais, en Birmanie, à travers les grandes îles de l'archipel Andaman, de telle sorte que tous les détroits compris entre les îles soient placés à l'est de cette ligne et soient exclus du golfe du Bengale, et ainsi de suite jusqu'à la Petite Andaman.
  • Au Sud-Est : Une ligne allant de Laem Kho Chao (à l'Est du Cap Promthep de Phuket en Thaïlande à Ujung Baka (Sumatra). Cette ligne Sud, n'est pas respectée par google map qui inclue dans la Mer d'Andaman toutes les îles au Sud de Phuket jusqu'à Koh Tarutao. Nous ne rentrerons pas dans une querelle de clochers mais suivrons les délimitations de l'OHI, certainement plus compétente en matière de cartographie.

   LES ÎLES ANDAMAN ET NICOBAR

îles Andaman et Nicobar
Les îles Andaman et Nicobar sont préservées de l'industrialisation et du tourisme de masse. Leur territoire compte près de 570 îles, habitées par des chasseurs-cueilleurs, dont le peuple de Jarawa menacé de disparition. Un des derniers paradis terrestres restés à l'état sauvage. Le potentiel du littoral de ces îles est riche et le tourisme s'y développe d'année en année. On compte une multitude de plages et de spots de plongée sous-marine. Sur l'archipel de Minicoy, se trouve la tribu la plus isolée qui n'a aucun contact pacifique avec l'extérieur et repousse tout étranger au moyen de flèches. Le peuple de North Sentinel ne veut pas être dérangé. Ni par des anthropologues, ni par des illuminés comme le missionnaire américain John Allen Chau, tué par les habitants, en novembre 2018. Le missionnaire évangélique qui prenait North Sentinel pour le "dernier bastion de Satan", selon ses propres mots, s’était mis en tête de convertir à lui tout seul sa population au christianisme évangélique. Autant dire que son chatiment fut bien mérité. Leur territoire, l'île de Sentinel, semble avoir été relativement épargnée par le tsunami et un certain nombre d'entre eux ont été vus après le raz-de-marée. Depuis les années 1980, l'archipel connaît un continuel développement touristique, malgré le refus de l'armée et de la population, de la construction d'un aéroport international. Accéder à ces îles est en soi une véritable aventure puisqu'il faut prendre l'un des rares vols intérieurs reliant Madras ou Calcutta à l'aéroport de Port Blair ou s'embarquer pour une traversée de 5 jours en bateau.

   LES ÎLES DU MYANMAR

Archipel Mergui au Myanmar
Après l’isolement du à une politique sanctionnée internationalement, les îles birmanes sont l’une des destinations les plus mystérieuses et confidentielles au monde. La population locale de ces 800 îles est constituée essentiellement par les Mokens. L’Archipel Mergui (ou Myeik) demeure une région inexplorée avec très peu d'infrasructures touristiques. L'archipel a su garder une nature intacte. Combien de temps encore ces forêts luxuriantes, ces plages vierges, ces fonds marins exceptionnellement riches seront-ils préservés puisque cette destination est vouée dans un proche futur, à subir les conséquence d'un tourisme international massif forcément nuisible ?

   LES ÎLES THAÏLANDAISES

Similan islands en Mer d'Andaman
Les îles thaïlandaises de la Mer d'Andaman ne sont pas les plus concernées par le tourisme de masse, à part bien entendu Phuket et les îles Similan. Leur accès n'est pas toujours des plus directs et les infrastructures hôtelières sont loin d'être les plus modernes. Nombreuses d'entre elles sont protégées et leur éloignement du "pôle Phuket" limitent le flux de touristes. 
Du Nord au Sud, se trouvent Koh Chang (hébergements),
Koh Phayam (hébergements), Koh Kang Khao (protégée),
Koh Yi Pun, Koh Kam Noi et Yai, Koh Hin Pla (protégées), Koh Surin (hébergements), Koh Ra (protégée), Koh Similan, Koh Phra Thong (hébergements), Koh Tachai (interdite), Koh Kho Khao (hébergements), Koh Bon (protégée) et l'inévitable Koh Phuket.  

   LE TSUNAMI DE 2004 ET LA FAILLE DE SUMATRA

TSUNAMI 2014 ANIMATION
On ne peut pas évoquer la Mer d'Andaman sans se souvenir de cette funeste journée du 26 décembre 2004, à jamais gravée dans nos mémoires.
Le séisme dans l'océan Indien s'est produit au large de l'île indonésienne de Sumatra avec une magnitude de 9,1 à 9,31. L'épicentre se situe à la frontière des plaques tectoniques eurasiennes et indo-australiennes. Ce tremblement de terre a la quatrième magnitude la plus puissante jamais enregistrée dans le monde. Il a soulevé jusqu'à 6 mètres de hauteur une bande de plancher océanique longue de 1 600 kilomètres.
Le tremblement de terre a provoqué vingt minutes plus tard un tsunami allant jusqu'à plus de 30 mètres de hauteur qui a frappé l'Indonésie, les côtes du Sri Lanka et du sud de l'Inde, ainsi que l'ouest de la Thaïlande. Le bilan en pertes humaines est de 227 898 morts selon le United States Geological Survey (entre 216 000 et 232 000 morts selon les différentes évaluations). En termes de pertes humaines, c'est l'un des dix séismes les plus meurtriers et le plus grave tsunami de l'histoire. Il a fait des victimes sur l'ensemble du pourtour de l'océan Indien. 
Lorsque le tsunami a frappé les cotes de la Thaïlande, les dégâts furent colossaux, que ce soit au niveau matériel ou humain. Près de 400 villages furent rayés de la carte, plus de 3 000 maisons furent démolies et 2 000 endommagées. La Thaïlande a été le deuxième pays le plus touché financièrement, avec plus de 2,09 milliards de dollars américains de perte. Il y a eu 5 395 morts, 2 845 disparus et 8 457 blessés.