PORNOGRAPHIE EN THAÏLANDE

Publié par Rawai.fr - Mis à jour le 24/12/2020
pornographie en Thailande

 LA PORNOGRAPHIE EST INTERDITE EN THAILANDE

La Thaïlande est définitivement le pays des paradoxes... Depuis longtemps déjà, les différents gouvernements thaïlandais ont usé de méthodes sournoises pour soi disant protéger la jeunesse et préserver sa bonne morale... Aujourd'hui, c'est la pornographie diffusée sur internet qui est visée par l'élite bourgeoise et royaliste.
 
Sous prétexte de chaperonner leurs "tendres et chastes rejetons", les hauts fonctionnaires du régime en place ont pris la décision de paralyser l'accès aux plus grandes plateformes du X. En novembre 2020, 190 sites dont Porn Hub, un des géants de la pornographie sur internet, ont été bloqués. 
Il est certes nécessaire de contrôler et réprimer le flot de dérives sur internet, mais quel gouvernement aujourd'hui, pourrait maîtriser la marée pornographique répandue sur la toile ?
Powered by 12Go Asia system

  L'ÉVOLUTION DU PORNO DEPUIS 2000

Au cours des années 1990 à 2000, les sites web payants, ont connu un réel essor. Les sites spécialisés sur le sexe en Asie et précisément sur le sexe en Thaïlande foisonnaient sur la toile. Puis, en 2006, la prise de pouvoir par le streaming a été fulgurante et la pornographie gratuite devenue accessible à tous. 

Depuis belle lurette, le gouvernement thaïlandais a interdit la production et la vente de pornographie sur le territoire. Malgré ce puritanisme rétrograde de la Thaïlande, la pornographie a toujours été accessible. Durant la période analogique, il était courant de croiser des vendeurs de cassettes X (puis CD), à la sauvette, sur Sukhumvit et à Patong, dans les vidéos clubs. 

Depuis l'avènement des plateformes internet gratuites de diffusion, on assiste à un bouleversement de l'industrie pornographique (seuls les sites web payants les plus solides ont survécu) et à quelques dérives collatérales. Certains contenus sont tout simplement téléchargés sur des sites payants, puis publiés sans autorisation, ni respect du copyright. Les vidéos amateurs postées sont bien souvent de médiocre qualité. On assiste également à un déferlement de vidéos dîtes "volées" mettant en scène, de jeunes filles ou hommes filmés sans consentement. Nos enfants, quel que soient leur nationalité, sont aujourd'hui confrontés à ces images violentes et traumatisantes, sans pouvoir les analyser, ni les comprendre. Nous assistons une fois de plus à une totale incapacité des gouvernements à imposer davantage de règles pour protéger les populations les plus naïves...

Les 4 leaders de la diffusion streaming cumulent à eux seuls le chiffre ahurissant de 350 milliards de vidéos visionnées par an. La Thaïlande a choisi de ne pas céder à la tolérance vis à vis de cette industrie pourtant très lucrative.

  LA LOI THAILANDAISE SUR LE PORNO

Il existe sur le marché plusieurs solutions logicielles qui permettent de rendre un site inaccessible, dès lors qu'il est identifié comme étant à caractère pornographique. Le gouvernement thaïlandais s'applique à géobloquer les sites pornographiques implantés en Thaïlande et tous types de productions mettant en scène des thaïlandais(es).

Régulièrement, la police thaïlandaise arrête et emprisonne des pornographes occidentaux venus renouveler leurs productions auprès de jolies filles faciles et bon marché. Le dernier en date à Pattaya, un italien qui risque à présent jusqu'à 5 ans de prison et 100 000 THB d'amende ainsi que la révocation de son visa.

La loi thaïlandaise vise à faciliter les enquêtes criminelles, particulièrement dans la criminalité Internet et d'autres délits assistés par ordinateur.
Toute personne qui télécharge ou distribue de la pornographie écrite, photographiée ou filmée, vole des informations personnelles, ou répand délibérément des virus informatiques sera poursuivie, arrêtée et condamnée.
Les opérateurs de café Internet seront obligés d'enregistrer les noms et les numéros de carte d'identité de leurs clients, de noter la date et l'heure et la durée de leur visite et les adresses url de tous les sites Web auxquels ils ont eu accès.
Ceux qui n'enregistrent pas ces informations ou qui n'adhère pas à LST (Law Society of Thailand) seront condamnés à une amende entre 100 000 et 500 000 THB.

  ET LA FRANCE DANS TOUT CA ?

En France, l’article 227-27 prévoit que le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine, soit de faire commerce d'un tel message, est puni de trois ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende lorsque ce message est susceptible d'être vu ou perçu par un mineur. La loi a pour but de protéger avant tous les mineurs car si les adultes sont libres d’accéder à des oeuvres pornographiques, les plus jeunes doivent être protégés. 

La réalité est tout autre, même si des efforts considérables ont été fait pour lutter contre la pédopornographie, le contrôle d'accès à la pornographie sur internet relève de la responsabilité parentale, et est donc, totalement inefficace puisque nos enfants les plus jeunes, possèdent quasi tous un smartphone. Sans pour autant appliquer les résolutions liberticides (rétrogrades et assurément inefficaces) de la Thaïlande, le gouvernement français devrait contrôler le problème à sa base, en élaborant une série de lois, visant à interdire la réalisation, production et diffusion de certaines pratiques X minables et avilissantes pour le genre humain. 
La pornographie, oui ! L'ignominie, non !

 À VOIR ÉGALEMENT SUR RAWAI.FR

LE MONDE DE LA NUIT A PHUKET

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook Pixel

Facebook Pixel recueille des données qui nous aident à suivre les conversions des annonces Facebook, à optimiser les annonces, à créer des audiences ciblées pour les annonces futures et à faire du remarketing aux personnes ayant déjà effectué des actions sur notre site Web. En l'acceptant, vous acceptez la politique de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

YouTube

Les vidéos intégrées fournies par YouTube sont utilisées sur notre site Web. En acceptant de les regarder, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Vimeo

Les vidéos intégrées fournies par Vimeo sont utilisées sur notre site Web. En acceptant de les regarder, vous acceptez les règles de confidentialité de Vimeo: https://vimeo.com/privacy

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies

Google Ad

Notre site Web utilise Google Ads pour afficher du contenu publicitaire. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/technologies/ads?hl=fr