LA PEINE DE MORT EN THAÏLANDE

Publié par Rawai.fr - Mis à jour le 06/07/2019
la-peine-de-mort-en-thailande

 À LA DISCRÉTION DU JUGE...

La Thaïlande détient, dans le sud-est, l'un des plus grands nombre de condamnations à mort, après la Malaisie et Singapour. Après six ans passés sans procéder à aucune exécution, le pays a de nouveau exécuté en 2009, démontrant ainsi que le recours à la peine capitale constituait toujours pour elle un outil de justice possible, en particulier dans le cadre de la lutte contre le narcotrafic. 

Pourtant, à cette même date, le gouvernement s'était engagé sur un second programme national des droits de l'homme prévoyant notamment l'abolition de la peine de mort d'ici 2013...
Peine perdue avec Prayut Chan-O-Cha. Le 18 juin 2019, à la prison centrale de Bang Kwang de Bang­kok. a eu lieu l'exécution de Theerasak Longji, par injection létale. Une première exécution capitale depuis 2009.
Cette décision marque un net durcissement de la politique pénale du gouvernement thaïlandais.


  PREMIÈRE EXÉCUTION CAPITALE DEPUIS 2009 - LE 20 JUIN 2018

La Thaïlande a exécuté un condamné à mort pour la première fois depuis 2009, suscitant mardi une volée de critiques tombant au plus mal pour le chef de la junte, à la veille d’une visite inédite à Londres et Paris.

Reconnu coupable de meurtre, «le condamné Theerasak Longji, 26 ans, a été exécuté» par injection létale lundi. En 2012, il avait poignardé sa victime de «24 coups de couteau afin de lui voler son téléphone portable et son argent», a précisé l’administration pénitentiaire.

Cette reprise des exécutions lundi fut éminemment symbolique puisque le chef de la junte, le général Prayut Chan-O-Cha, rencontrait Theresa May à Londres  puis Emmanuel Macron à Paris quelques jours plus tard.

Après avoir été invité à la Maison-Blanche par Donald Trump dès 2017 tandis que les Européens continuaient de bouder celui qui a été en première ligne du coup d’État, le général Prayut comptait sur ces visites en Europe pour soigner son image de politicien respectable, à l’approche d’élections, sans cesse repoussées, et désormais promises pour février 2019.

Source : ledauphine.com

  VERS UN ESPOIR D'ABOLITION ?

peine capitale en Thailande

Quelle est donc la situation actuelle de la peine capitale dans ce pays ?
La législation thaïlandaise prévoit la peine de mort pour les crimes de sang tels que le meurtre, les actes de pyromanie ayant entraîné la mort et les actes de terrorisme mais également pour des infractions n'ayant pas engendré la mort comme le trafic d'êtres humains, le kidnapping, la piraterie aérienne, le crime économique, la trahison ou encore l'espionnage. Cependant, le pays est surtout réputé pour une législation anti-drogue très sévère: en effet, le fait de détenir ou vendre l'équivalent de 20 grammes d'héroïne peut mener à l'échafaud. Durant la "guerre contre la drogue" menée par le Premier ministre de l'époque, Thaksin Shinwatra, en 2003, des suspects étaient abattus sommairement par des commandos de la police, sans autre forme de procès. Malgré cela, le royaume semble évoluer progressivement vers une position moins radicale. Quand le vice-Premier ministre, Chalerm Yoombarung, s'est engagé au début de l'été dernier à faire exécuter les condamnés à mort pour trafic de drogue "dans les quinze jours de leur condamnation", un pardon royal a été décrété pour tous les condamnés à mort dont le processus judiciaire était arrivé à terme à l'occasion de l'anniversaire de la reine Sirikit le 12 août. Chalerm semble avoir compris le message et s'est fait plus discret, du moins sur ce chapitre. Depuis que la peine de mort a été appliquée aux crimes de trafic de drogue dans les années 80, la grande majorité des peines capitales ont été prononcées dans ces cas de figure.
A l'heure actuelle, 70 % des condamnations à mort en Thaïlande sont prononcées pour des infractions liées à la drogue. Cependant, la loi thaïlandaise ne rend pas la peine de mort obligatoire; La condamnation à mort est donc à la discrétion du juge.
Entre 1935 et 2009 (date de la dernière exécution dans le pays), 371 exécutions ont eu lieu dans le pays.

droits de l'homme en Thailande

Jusqu'en 2003, l'exécution avait lieu par fusillade: le condamné était placé derrière un rideau avec une cible et le bourreau tirait sur la cible à 4 mètres de distance avec une mitraillette. Ce mode d'exécution a été abandonné en 2003 au profit de l'injection létale.
Selon Danthong Breen, président d'UCL (ONG thaïlandaise de protection des droits de l'Homme Union for Civil Liberties), une équipe thaïlandaise s'est alors rendue aux Etats-Unis pour être initiée à la méthode et, à son retour, quatre condamnés ont été exécutés au titre de la "mise en pratique". Une fleur de lotus et des bâtons d'encens sont insérés dans les mains du condamné et un bonze (si le condamné est bouddhiste) prononce un sermon juste avant l'exécution...
Les condamnés à mort sont tous incarcérés à la prison de Bangkwang à Bangkok et vivent dans des conditions particulièrement pénibles (plus d'informations dans le second article).

Le mois dernier, William Schabas, professeur de droit international, a mené une mission d'évaluation de la situation des droits de l'Homme en Thaïlande pour le compte du Bureau du Haut-Commissariat des Nations unies pour les droits de l'Homme. Il s'est vu assurer personnellement par le procureur général qu'il n'y aurait plus d'exécution capitale en Thaïlande. Toutefois, cette disposition ne sera probablement pas inscrite dans une loi. Si les propos du procureur général sont confirmés par les faits, la Thaïlande pourrait faire partie des pays abolitionnistes en 2019, quand il n'y aura plus eu d'exécution durant une période consécutive de dix ans.
Gageons qu'à l'avenir la Thaïlande respecte un moratoire sur les exécutions, comme elle l'avait fait pendant six ans jusqu'en 2009 afin de préparer l'abolition de la peine de mort en s'inspirant de l'exemple proche des Philippines qui ont aboli en 2006 et qu'elle respectera les engagements qu'elle a pris dans le cadre de son programme national des droits de l'homme.

  LA FIN DE L'ENCHAINEMENT PERMANENT DES CONDAMNÉS À MORT

Au début du mois de février 2013, le directeur général le Colonel Suchart Wongananchai a donné à l'ordre d'enlever les chaînes des prisonniers du département de sécurité de la prison de Bang Kwang. Le ministère de la justice a par la suite confirmé la décision de mettre un terme à l'enchaînement permanent pour les 590 prisonniers masculins condamnés à mort.
Certains des prisonniers étaient enchaînés aux poignets et aux chevilles sans avoir eu la confirmation de leur culpabilité par la cour suprême.
L'utilisation inhumaine de ces chaînes était très contraignante pour l'hygiène corporelle et dangereuse pour la santé, les plaies provoquées par les frottements s'infectant facilement.
En 2005, la Commission des droits de l'homme de L'ONU avait fortement protesté contre l'utilisation de telles chaînes, mais aucune action n'avait été entreprise pour stopper cette cruelle pratique.
Cette forme de torture est désormais bannie.
Ces efforts ne sont pas négligeables mais il faut maintenant faire le plus important: abolir la peine capitale. Le droit à la vie est la base de tous les autres droits de l'homme.

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook Pixel

Facebook Pixel recueille des données qui nous aident à suivre les conversions des annonces Facebook, à optimiser les annonces, à créer des audiences ciblées pour les annonces futures et à faire du remarketing aux personnes ayant déjà effectué des actions sur notre site Web. En l'acceptant, vous acceptez la politique de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

YouTube

Les vidéos intégrées fournies par YouTube sont utilisées sur notre site Web. En acceptant de les regarder, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Vimeo

Les vidéos intégrées fournies par Vimeo sont utilisées sur notre site Web. En acceptant de les regarder, vous acceptez les règles de confidentialité de Vimeo: https://vimeo.com/privacy

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies

Google Ad

Notre site Web utilise Google Ads pour afficher du contenu publicitaire. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/technologies/ads?hl=fr