SERIES TV THAILANDAISES : AU SECOURS !!!

Télévision thaïlandaise

 LE LAKORN THAILANDAIS EST BETIFIANT, INSIPIDE ET AFFLIGEANT...

On s'est coltiné toute notre jeunesse, Hélène et les garçons, les feux de l'amour, et aujourd'hui, plus belle la vie a pris la relève ! On pensait avoir vu les pires séries, les plus niaises, on pensait avoir touché le fond, et bien non ! Avec les "lakorn" thaï (feuilleton tv), on plonge dans les abysses de la bétise humaine, plus avilissant tu meurs !. Si l'on compare ces productions indigestes aux pires merdes françaises, ces dernières méritent de recevoir un césar...
Pourtant en matière d'audiovisuel, la Thaïlande nous avait habitué dans les années 90, à une publicité innovante et créatrice, de renommée internationale, son cinéma ne cesse d'évoluer et de progresser depuis plus de 15 ans. De plus en plus de films de jeunes réalisateurs sont primés aux festivals les plus populaires de la planête. Pourquoi diable, la télévision thaï irait à contre courant de cette récente et difficile évolution positive ? 

 A QUOI RESSEMBLE LE LAKORN ?

Pas besoin de maîtriser le thaïlandais pour s'apercevoir du niveau extrême de crétinerie d'un lakorn...
Les acteurs :
De jeunes et beaux acteurs rasés de près, à la mèche savamment apprêtée, de jeunes et belles actrices aux long cheveux soyeux et aux nez refaits, s'acharnent à surjouer des dialogues écrits quelques heures avant le tournage. Ils se grattent le menton pour signifier l'étonnement, froncent leurs sourcils et font trembler leurs lèvres pour exprimer leur colère, la tristesse ou la rancoeur sont souvent suggérées par une "espèce" de profondeur, d'intensité du regard... 
La photo :
Tout est généralement filmé en champ-contre champ. Les coups de zoom avant sur les visages contrariés ou furieux sont incessants. Les accolades ou "étreintes" (à la thaï...) sont systématiquement filmées au ralenti. La lumière est rarement maîtrisée, les nez brillent et les visages sont ombrés par des spots croisés pleine puissance, les scènes tournées de nuit laissent à penser qu'il fait jour...
Les décors :
Le tout est filmé dans des appartements, bureaux ou maisons de luxe à la déco "bourgeoise thaï cauchemardesque", des rideaux en velours bordeaux, des canapés roses, beaucoup de dorures, des commodes, des fauteuils Louis XVI et des lampes IKEA...
La musique :
Certainement le point le plus déconcertant. On passe d'un bontempi assaisonné de sons de clochettes, au violon en passant par de la pop mielleuse, pour en venir à la flûte de pan, sans aucun thême musical commun...
Le scénario : Le résultat global est dépitant pour un homme moyennement cultivé... Les scénari ne poussent pas à la réflexion, les intrigues apparaissent comme insipides ou rocambolesques. On se déchire, ça braille, on chiale, on se bat pas mal, on se jalouse, on compatit pour ensuite se rouler une pelle, pffff... Les personnages frisent toujours le cliché ridicule, le bon, la jeune garce, le gentil niais, la brave fille, le truand, les gentils parents, l'homo de service et la cerise sur le gateau, le fantôme...

Pour celles et ceux qui n'ont jamais vu de lakorn, vous l'aurez compris, nous sommes à 1 millénaire de l'intensité féroce de breaking bad ou de braco
séries tv thaïlandaises
lakorn thaï
téléfilms thaïlandais

  L'EXCELLENTE ANALYSE DE PIERRE PAMPINI DE (KOHLIDAYS.COM)

Les Lakorn, opium du peuple thaï
"...Dans une télévision très influencée par le pouvoir, les «Lakorn» sont un véritable bol d'air frais pour tous les Thaïlandais. Véritable phénomène de société, ils rassemblent chaque soir des millions de spectateurs assidus qui ne rateraient sous aucun prétexte ce rendez-vous. Ils répondent aux désirs des Thaïlandais(es) de se reconnaître dans une société idéalisée..."

Une industrie florissante
"...Les meilleurs «Lakorn» sont présentés dans la soirée, juste après les informations, où ils reçoivent des audiences records et pour lesquels ils sont sujets à tous les égards de la part des chaînes de télévision et des annonceurs publicitaires qui se battent afin de placer leurs produits au moment de leur diffusion. Les récits sont construits à partir de canevas élémentaires, compréhensibles par le plus grand nombre de Thaïlandais : des histoires d'amour sur fond de rivalités, de guerre, de drames familiaux ou de disparités sociales. Les «Lakorn» engendrent une industrie phénoménale..."

Influence négative
"...Malgré le triomphe que recueillent ces «Lakorn, de nombreuses voix dissonantes commencent à se faire entendre. Les trames on ne peut plus simplistes, portées par des personnages unidimensionnels en vue de capter la plus large audience possible et des rentrées financières substantielles, ne favorisent aucune vision critique de la société thaïe, ni aucune réflexion sérieuse concernant le problème des inégalités sociales, ni de la place de la femme au sein de la communauté 
Certains parlent de manipulation, d'autres de matraquage permettant d'endormir tout sens critique afin de détourner les Thaï(e)s des vrais problèmes sociaux et politiques qui sévissent dans le pays..."

 UN SPECTACLE A VOIR AU SECOND DEGRE, ENTRE FARANGS, APRES UN GROS PETARD !

Le vrai spectacle ne se trouve pas à l'écran mais plutôt chez les téléspectateurs thaïlandais dont le regard figé, les yeux écarquillés, le léger filet de bave au coin d'une bouche semi-ouverte, les mains crispées montrent une véritable passion proche de la démence, un knock-out cérébral, une déconnexion neuronale, quelque chose qui semble paraître encore plus violent que le flash du fixe d'héroïne, plus fort que la montée de crack, une puissance anésthésique jamais inventée par l'homme !

Par contre en présence de thaïlandais(es), il est hors de question de se moquer sous peine de facheries. Aussi si vous voulez profiter de toutes les subtilités du lakorn, invitez quelques amis farangs à la maison et roulez-vous un petit pétard...

LES HÔTELS

HOTELS A PHUKET

CONSEILS EN SOIREE

soirées à Phuket

KOH PHI PHI

INFORMATIONS SUR KOH PHI PHI