JOHN "FES" CANNADY : ANCIEN MILITAIRE A KORAT EN 1967

 JOHN CANNADY: ANCIEN tECHNICIEN DE L'ARMEMENT A L'U-S AIR FORCE

En quête de voyages et de nouvelles expériences, le jeune John Cannady choisit de s'engager dans l'armée américaine en 1965. Il devient spécialiste de l'armement sur les avions F-105 de la base aérienne de Korat, en Thaïlande. Malgré sa jeunesse et son innocence, son rôle est loin d'être anodin, durant cette tragique période de l'histoire, puisque sa mission consistait à entretenir l'armement et équiper les avions de la base. En 1966, le conflit est loin d'être à son paroxysme et John profite de son temps libre pour photographier la ville de Korat et ses habitants. Il apprécie la douceur et le contact chalheureux des thaïlandais.
Aujourd'hui, John a regroupé toutes ses archives sur son site personnel.


Voir le site de John Cannady

guerre du Vietnam en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande
John cannady Photographe en 1966 en Thailande

ALL RIGHTS RESERVED © JOHN CANNADY.

 ENTRETIEN AVEC  JOHN "FES" CANNADY,  le 02 février 2012.

John cannady Photographe en 1966 en Thailande
  • RAWAI.FR: John, sachez tout d'abord que c'est un grand honneur pour nous de vous inviter dans notre rubrique photographique et que nous espérons envoyer de nombreux visiteurs vers votre site http://www.fescanphoto.com/korat/index.htm 
  • Voudriez vous, John, nous préciser quelle est atuellement votre situation civile?
  • JOHN CANNADY: Je suis divorcé mais je vis maritalement depuis vingt ans avec une femme formidable originaire de Can Tho, Vietnam du sud.
  • RAWAI.FR: Pourriez vous  nous en dire plus sur votre parcours scolaire et votre carrière professionnelle?
  • JOHN CANNADY: Je suis  diplômé du lycée. Cependant, j'ai suivi une formation technique sur la gestion de réseau d'ordinateur et le développement de logiciels. Je me suis porté volontaire pour l'Armée de l'air. Quand j'ai rejoins l'Armée de l'air, j'ai demandé un poste dans les services audiovisuels. Mais le conseiller m'a dit qu'ils avaient d'avantage besoin de  mécaniciens et mes résultats aux  tests mécaniques étant satisfaisants, je suis donc  entré à la formation d'entretien et management des armes. Ma première mission a été de charger des bombes atomiques sur l'avion B-58.
  • RAWAI.FR: Quel était votre rôle à US Air Force?
  • JOHN CANNADY: Après cette formation, je suis devenu spécialiste en maintenance de l'armement. Nous avons été transféré au Japon pour travailler sur le F-105 puis sommes allés en Thaïlande à Korat. Je suis resté à Korat pendant un an de 1966 à 1967 mais  Je n'ai jamais été  au Viêt-Nam, à cette période.
  • RAWAI.FR: Durant la période de conflit, quel était votre état d'esprit?
  • JOHN CANNADY: En réalité, sans les médias, je n'aurais jamais su qu'il y avait une guerre. Je n'ai jamais vu des conséquences ou entendu parler des missions effectuées. pendant mes services je n'ai jamais vu une explosion, une goutte de sang. Je n'ai jamais entendu un coup de fusil pendant les quatre années passées dans l'Armée de l'air. Je n'avais pas d'états d'âme particuliers, n'étant au courant de rien.... Charger les bombes sur les zincs était  juste un travail à mes yeux, rien de plus. Dans l'armée, moins vous posez de questions, mieux vous vous portez. On ne nous a jamais dit à quoi étaient destinées ces bombes, c'était, de toutes façons, confidentiel. Et moi une fois mon job terminé, je partais en ville m'amuser.
  • RAWAI.FR: Quelle était votre mission la plus significative ?
  • JOHN CANNADY: Comme je vous l'ai dit je n'avais aucune idée sur les conséquences des missions. Je n'ai pas posé de questions et je n'ai jamais parlé d'aucune mission. J'arrivais au travail à l'heure, faisais ce que l'on me disait et retournais épuisé aux baraquements. Je nettoyais, déjeunais, dormais et retournais au boulot. Quand j'avais  congé je partais en vadrouille faire des images.
John cannady Photographe en 2012
  • RAWAI.FR: Comment êtes vous devenu photographe? L'étiez vous avant cette période spécifique de votre vie?
  • JOHN CANNADY: Je ne suis pas un photographe. J'aime juste prendre des images. J'aime particulièrement prendre les photos des gens et de leur quotidien. À mon sens, la définition d'une vie est ce que  les gens font de leur temps. Quand je prends une image de quelqu'un faisant quelque chose alors que j'ai une fraction de seconde de leur vie préservée.
  • RAWAI.FR: Vous avez appris le thaï ... Vous deviez être très proche des gens, vos meilleurs souvenirs?
  • JOHN CANNADY: Je ne peux pas mettre mes mémoires par écrit mais elles sont profondément ancrées en moi...  Je savais que j'allais être là pour au moins une année. J'ai pris la décision depuis le premier jour, d' apprendre à parler assez thaï pour communiquer. Étant un jeune homme de 19 ans, mon cerveau était rapide avec un espace vide suffisant pour y stocker de nouvelles données. L'étude de la langue thaï était ma façon de tisser des liens auprès des gens, d'être reconnu. J'avais la réputation d'être poli et de ne pas être vulgaire, je crois que cela m'a aidé à développer la confiance et le respect. Deux anecdotes me reviennent: Un homme thaï employé sur la base savait que je me rendait pour quelques temps au Japon, il m'avait donné de l'argent pour lui acheter une radio. Je lui avais demandé pourquoi il avait confiance.. Il m'avait alors répondu que si j'avais été thaï, il n'aurait jamais agit de la sorte mais étant américain il m'accordait toute sa confiance... Je m'étais senti bien. La seconde histoire concerne un gradé; Un sergent plutôt autoritaire et austère; Je lui avais demandé de me prêter une certaine somme d'argent jusqu'à la prochaine paie. Comme il acceptait sans sourciller, je m'apprêtais à lui faire une reconnaissance de dettes, il me répondu sèchement que cela n'était pas indispensable et que  la confiance et l'indépendance étaient le fer de lance de toutes les civilisations.
  • RAWAI.FR: Etes vous revenu en "pèlerinage"en Asie du sud-est? en vacances? Avez vous gardez des relations en Thaïlande?
  • JOHN CANNADY: Je ne suis jamais retourné en Thaïlande. J'ai été au Sud Viêt-Nam quatre fois pour visiter la famille de ma compagne et des amis. Je reste vraiment en contact avec Tom Mitchell. Il est dans le film sur mon DVD. Je suis de la Caroline du Nord et Tom est de la Caroline du Sud.
  • RAWAI.FR: Où vivez-vous aujourd'hui ? Quelle est votre occupation principale ?
  • JOHN CANNADY: Je suis à la retraite et habite à Aurora, près de Denver, Colorado.


(MERCI à John "Fes" Cannady pour sa disponibilité et sa gentillesse et FREDERIC PERROCHON pour les traductions.)
Conseils photos pour les nuls