EXPÉRIENCE D'UN VOYAGE VERS PHUKET EN NOVEMBRE 2021

Un internaute (vacciné) nous fait part de son expérience de voyage vers Phuket, en novembre, dans le cadre du programme SandBox. Il décrit brièvement la préparation de son séjour en Thaïlande, son vol, son arrivée à Phuket et sa nuit dans un hôtel Test & Go - SHA PLUS. Un protocole agaçant mais pas insurmontable...
Arrivée à Phuket

AVANT LE DÉPART

J'ai réservé ma nuit Test & Go (chambre, test PCR, transfert depuis l'aéroport) directement avec l'hôtel "L'Esprit de Nai Yang". Le service réservation m'a transmis une confirmation 48 heures après ma demande. J'ai donné mes coordonnées de carte bancaire et mon compte devrait être normalement débité le jour de mon arrivée.

Je fais partie des privilégiés qui peuvent se permettre de partir 3 mois en Thaïlande, j'ai donc besoin d'un visa touriste. Flemmard de nature, je suis passé par Action-Visas pour l'obtenir. Cette société s'est également chargée d'obtenir le Thailand Pass à ma place, je n'ai donc pas été confronté aux bugs incessants des sites thaïlandais, durant le tous le mois de novembre.

Il ne restait plus qu'à aller me faire prélever quelques sécrétions dans le nasopharynx, 72 heures avant le décollage et à "me confiner" une semaine avant le départ.

LE TRANSFERT VERS ROISSY

À chacun de mes voyages à l'étranger, j'ai la chance de profiter d'un pied à terre en région parisienne et ai toujours été un adepte des services de "bus-direct" (anciennement "cars AirFrance"), une ligne directe qui proposait le trajet directement d'Étoile à Roissy-CDG, pour la modique somme de 19 €. Mais, la compagnie n'a pas survécu à la crise sanitaire et a définitivement fermé. Les touristes à Paris doivent dorénavant prendre un bus de RoissyBus au départ d'Opéra ou rejoindre la ligne B du RER pour se rendre à l'aéroport Charles de Gaulle. Le risque de contracter le covid dans les transports surchargés (il ne s'agissait pas d'être testé positif à l'arrivée à Phuket), la fatigue de trimbaler mes bagages dans les correspondances, la crainte de rester 1 heure debout dans le bus, m'ont finalement poussé à prendre un taxi... Je m'embourgeoise direz-vous ? Non, j'ai décidé de toujours voyager confortablement et d'éviter les galères des transports, j'ai passé l'age de suer et courir avec un Lafuma trop lourd ou de stresser dans une grève surprise de la RATP...

L'ENREGISTREMENT À ROISSY

Me voilà rendu au terminal 2 de CDG en moins de 40 minutes. Pas le temps de siroter un verre au bar, je dois d'abord m'enregistrer au plus vite. Le protocole s'annonce laborieux, même si nous sommes peu nombreux dans la file d'attente. Thailand Pass (attestations vaccin 1 et 2, assurance, résa d'hôtel), test PCR, visa, passeport et billet d'avion, j'ai pris le soin de tout réunir dans un dossier à pages plastifiées afin de simplifier et accélérer la manipulation à l'enregistrement. Je m'en doutais, ça patauge sévère, ils sont 3 derrière le comptoir, pour contrôler tous les documents. Ce qui prenait 10 minutes avant la crise, en prend aujourd'hui le double, voire le triple pour les benêts dont le dossier est incomplet. Je n'échappe pas à la suée sous le masque après 3/4 d'heure de queue. Et ce crétin derrière moi qui ne respecte pas la distanciation... Me voilà obliger de placer ma valise un mètre derrière moi pour l'aider à retrouver la mémoire. Plus que 4 personnes devant moi, la fin du calvaire s'annonce.

Le personnel de la Thai Airways n'apprécie pas mon dossier plastique, il veulent palper chaque document... Après 15 minutes de vérification, mon bagage est enregistré et j'ai enfin bon billet d'avion en main ! Je fête ça à l'extérieur du hall avec quelques clops et ma bière favorite...

LE VOL JUSQU'À PHUKET

Vous l'aurez compris, j'ai choisi la Thai Airways pour faire ce voyage. Comment aurais-je pu passé à côté d'un vol sans escale, proposé à 670 €uros ? La concurrence ne faisait pas le poids, plus chère, avec escale, départs tôt le matin... À l'embarquement, des voyageurs affirment que ce Boeing 787 n'est pas de première jeunesse, ça m'en touche une sans faire bouger l'autre. Du moment qu'il arrive à bon port... Me voilà assis, apaisé, heureux de quitter la France, de ne plus voir ni entendre parler de Zemmour, Hanouna, Praud, Castex et toute sa clique. J'attends mon Scotch avec impatience avant de gober ma benzodiazépine et me laisser divaguer dans une douce euphorie.

L'avion est au 2/3 plein, un siège libre sépare chaque voyageur, je vais pouvoir prendre mes aises et me détendre à souhait pendant les 10 prochaines heures. Deuxième agréable surprise : "mourir peut attendre", le dernier James Bond est programmé... 

En parenthèse, je conseille à tous d'éviter les masques chirurgicaux en papier, inconfortables et irritants, au profit de masques en tissu. 16 heures non-stop, avec ce maudit filtre sur le bec est également une épreuve déplaisante. 

Le vol se déroule parfaitement, 11 heures 30 seulement pour rejoindre Phuket. Je sors de l'avion parmi les premiers (j'avais demandé à être placé en tête d'appareil lors de l'enregistrement des bagages).

L'ARRIVÉE À PHUKET

j'ai trop forcé sur le Bordeaux... C'est pas la forme des grands jours, heureusement il est tôt et j'échappe à la fournaise de midi. Nous voilà triés comme du bétail, sur plusieurs rangées bien espacées, on attend notre sort gentiment assis sur des chaises. C'est plus rapide qu'à Paris, le staff est visiblement bien rodé. J'imagine le souk si 4 avions pleins à craquer atterrissent en même temps ! J'ai parlé trop vite, ça pinaille sec sur quelques voyageurs. Les 2 mois de confinement en France ne m'ont pas affecté plus que ça mais attendre 1 demi heure dans un aéroport, assis sur un siège en plastique, m'insupporte au plus haut point. En plus, j'ai "les enfants à déposer à la piscine" et je meurs d'envie de prendre une douche. 40 minutes plus tard, je me retrouve enfin devant un des gars de l'immigration. Il scanne mon code QR et vérifie tous les documents... Je m'en doutais un peu, le code QR du Thailand Pass ne simplifie en rien la procédure, tout est épluché scrupuleusement... On passe enfin aux formalités habituelles, passeport et photo. Le dénouement est proche, je vais récupérer ma valise puis on me dirige vers la cahute où l'on procède aux tests PCR. Les gars sont 2 et travaillent à la chaîne, ils curent plusieurs centaines de pifs toute la journée ! Un job de rêve. C'est donc mon 2ème test PCR en l'espace de 4 jours, ce n'est pas vraiment plaisant mais ce n'est pas non plus pire que la coloscopie. Alors, les chochottes, mettez la un peu en veilleuse et arrêtez les chiales. C'est comme ça et pas autrement. Aujourd'hui, la Thaïlande se mérite...
J'aperçois mon chauffeur et sa pancarte notifiant mon nom. La course ne durera que 10 minutes, l'hôtel se situe à Nai Yang, à seulement 1 km de l'aéroport.

LA NUIT À L'HÔTEL

Il est 10 heures du mat, je me fais un café et une clope sur la grande terrasse de ma chambre. Vue sur la piscine, 1 blaireau fait des longueurs. Pour moi, le programme est clair puisqu'il est strictement interdit de sortir avant le résultat du test (celui-ci doit être transmis à la réception en fin de journée), donc ce sera douche, terrasse, cigarette, coups de téléphone, déjeuner, sieste, cigarette, apéritif, cigarette. Mais, j'imagine que mon test est positif et suis subitement envahi par une terrible angoisse... J'avais lu sur le site "Thaiger" que seulement 1% des voyageurs étaient testés positifs à leur arrivée. Je m'assomme à grands coups de verres de vin et m'écroule sur le king size. Le téléphone me réveille quelques heures plus tard, un mec de l'hôtel m'annonce que le test est négatif.
Je m'en tire bien...
Je rappelle mon amie à Rawai et lui propose de venir partager cette chambre plutôt luxueuse.

RECHERCHEZ VOTRE VOL AU MEILLEUR PRIX

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

YouTube

Les vidéos intégrées fournies par YouTube sont utilisées sur notre site Web. En acceptant de les regarder, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies

Google Ad

Notre site Web utilise Google Ads pour afficher du contenu publicitaire. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/technologies/ads?hl=fr