ECOLOGIE EN THAILANDE...

Ecologie et protection de l'environnement en Thaïlande

 VERS UN SURSAUT ECOLOGIQUE THAILANDAIS ?

La France étant le 1er utilisateur de pesticides et le pays le plus nucléarisé au monde, elle serait bien mal placée pour donner des leçons d'écologie à la Thaïlande. Cependant, les amoureux du Royaume que nous sommes, ne pouvons nous empécher de constater que depuis quelques décennies, la politique de protection de l'environnement en Thaïlande fût désastreuse...

43% de la forêt thaïlandaise a été décimée depuis 1980, les ressources marines de la Thaïlande et la biodiversité connaissent une crise engendrée par les méthodes de pêche sauvage, enfin la Thaïlande doit également faire face à un important problème environnemental de pollution des eaux. La population thaïlandaise quant à elle, paraît totalement insensible face à la gravité du problème et semble se désintéresser des conséquences désastreuses du développement industriel national.

Les récentes mesures consistant à fermer aux touristes certains espaces maritimes, paraissent plus symboliques et médiatiques qu'efficaces... Cependant, rien dans l'effort écologique n'est inutile, aussi espérons que "l'effet de com" déclenche un processus de prise de conscience collective sur la nécessité de réagir et agir, aujourd'hui et à long terme.

 LA DEFORESTATION EN THAILANDE

La déforestation en Thaïlande
En 1961, la Thaïlande était recouverte à 53% par des forêts et des jungles. En 1998, il n’en restait plus que 25%. Depuis, le gouvernement thaïlandais a pris des mesures législatives radicales pour endiguer le phénomène de déforestation. Mais le mal est fait et la Thaïlande paie encore aujourd’hui les conséquences de ses choix d’antan qui ont sérieusement portés préjudice aux sols, aux cours d’eau et à la biodiversité du pays.

Un rapport du WWF dévoilait l’état avancé de la déforestation en Thaïlande, laquelle perdrait en moyenne 5 000 km² de zones forestières par an. Selon les prévisions de l’ONG, le pays pourrait voir disparaître encore un tiers de ses forêts tropicales d’ici les vingt prochaines années si la destruction se poursuit au même rythme. 

Les causes de cette disparition sont multiples : la culture traditionnelle sur brûlis, le défrichage intensif des surfaces boisées pour l’exploitation agricole (plantations de canne à sucre, rizières, la plaine centrale a été totalement déboisée avant le milieu du 20ème siècle principalement pour la culture du riz..), le trafic clandestin d’essences rares (comme le teck ou encore le palissandre, très prisé en Chine), mais surtout le développement de l’urbanisation et des grandes industries, compagnies minières en tête. Il est important de savoir que les forêts de bois durs sont celles qui mettent le plus de temps à se reconstituer et un grand nombre d’espèces, notamment de bois précieux, sont en voie de disparition. 

La sensibilisation de la Thaïlande à cette menace écologique grave est récente. En 2012, après la parution d’un rapport de la Banque mondiale sur l’exploitation illégale des forêts, le roi de Thaïlande lui-même était intervenu, demandant des sanctions plus sévères pour les fonctionnaires corrompus fermant les yeux sur la déforestation. Les graves inondations de ces dernières années ont également contribué à mettre en avant les conséquences environnementales de la déforestation sauvage.

 LA SURPÊCHE EN THAILANDE SELON EFJ (Environmental Justice Foundation)

La surpêche en Thaïlande
L’industrialisation rapide de la flotte au cours du 20ème siècle a eu pour conséquence la surpopulation de la flotte thaïlandaise, qui utilise des méthodes de pêche désastreuses pour l’environnement, afin de maximiser les captures.

Depuis 1966, les eaux thaïlandaises sont l’une des régions les plus surexploitées de la planète. Les bateaux ne capturent à présent que 14% de ce qu’ils capturaient dans les années 60 et les ressources marines de la Thaïlande ainsi que la biodiversité connaissent une crise. Les navires de pêches doivent rester en mer plus longtemps et s’éloigner des côtes pour maintenir leurs bénéfices.

La pêche non sélective au chalut par les navires de pêche pirate menace sérieusement l’intégrité des écosystèmes marins, réduisant les fonds marins à une surface lisse, plate et vaseuse. Les algues dans les fonds marins thaïlandais forment un écosystème d’importance vitale pour environ 149 espèces de poisson, ainsi qu’une aire d’alimentation pour plusieurs espèces menacées d’extinction telles que le dugong, plusieurs espèces de dauphins et de tortues marines.

Selon Steve Trent, Directeur exécutif de Environmental Justice Foundation:
Les producteurs et consommateurs de produits de pêche thaïlandais sont impliqués dans l’un des pire crime social et écologique du 21ème siècle"...

 LA POLLUTION DES EAUX EN THAILANDE

La pollution des eaux est probablement le plus important problème environnemental auquel doit faire face la Thaïlande. Le pays connait régulièrement des situations de sécheresse notamment dans le Nord-Est.

En 2002, la Thaïlande disposait de moins de réserves d’eau par habitant que n’importe quel autre pays d’Asie. De plus un tiers de cette eau est considérée comme impropre à la consommation notamment à cause des déchets domestiques et industriels déversés dans les différents cours d’eau du pays sans traitement préalable. Comme pour la pollution de l’air, c’est la région centrale de Thaïlande qui détient les chiffres les plus catastrophiques en terme de qualité des eaux.

Les eaux côtières elles, sont considérées comme propres et les problèmes de pollution en bord de mer sont, pour l’heure, relativement localisés. Cependant la situation se dégrade rapidement et la biodiversité marine souffre non seulement à cause de la pêche sauvage, comme nous l'avons précisé précédemment, mais aussi par le rejet des déchets  générés par l’activité humaine et le tourisme de masse.

Le gouvernement thaïlandais s’est attaqué au problème en investissant largement dans des usines de retraitement des eaux usées et en renforçant progressivement la législation en terme de normes environnementales. Il est actuellement trop tôt pour savoir si les mesures prises seront suffisantes pour mettre un terme à l'une des principales menaces environnementales planant sur le pays.

 UNE PRISE DE CONSCIENCE POPULAIRE INEXISTANTE

 EFFORTS POLITIQUES ET CAMPAGNE DE PREVENTION :

Il semblerait que ces derniers temps, on assiste à un éveil de la classe politique qui proposent des programmes de vulgarisation en faisant connaître les avantages que présentent les forêts pour la communauté. 
Plus récemment certaines zones maritimes ont été interdites au tourisme de masse pour permettre à la biodiversté marine de se reconstituer. 

D'autres initiatives ont été engagées à Bangkok pour limiter les émissions de CO2 avec la construction du skytrain, du métro, l'installation de péages sur les autoroutes.

Pourtant tout laisse à penser que le sursaut écologique n'a pas eu lieu dans la société thaïlandaise (très mal informée). Le facteur qui participe à la pollution est évidemment le manque de coopération de la population et son absence totale de conscience écologique. Il devient urgent que des mesures et campagnes de prévention soient mises en place afin d'éduquer d'avantage les plus jeunes générations pour que naisse enfin en Thaïlande, une prise de conscience collective de la nécessité absolue de proteger l'environnement. 

 RECORD DE CONSOMMATION DE SACS PLASTIQUES : 

La dernière campagne de prévention contre l'emploi outrancier de sacs plastiques a eu lieu en 2010. La distribution de sacs dans certains supermarchés avait même été interdite, une action apparemment abandonnée aujourd'hui.

Une enquête (de l’ONG Ocean Conservancy) évalue que seuls 40 % des déchets en plastique sont traités. Les 60% restant étant ensevelis ou jetés à la mer. L’ONG pointe du doigt la Thaïlande et ses voisins: Vietnam, Indonésie, Philippines et Chine comme étant responsables de 60 % des déchets marins présents dans les océans. 

 FUTURE GENERATIONS

La destruction de l'environnement atteint des limites. Il est temps que chacun(e) prenne conscience de l'impact d'une bouteille jetée dans l'océan (où ailleurs...). Les industriels doivent changer de comportement, autant que nous devons le faire. Pour que ce ne soit plus les futures générations qui subissent les conséquences de notre stupide inconscience.

" Future generations have a right to an uncontaminated and undamaged Earth and to its enjoyment as the ground of human history, of culture, and of the social bonds that make each generation and individual a member of one human family. " 
Jacques-Yves Cousteau

KOH YAO YAI

Koh Yao Yai

PLAGES DE PHUKET

PLAGES DE PHUKET

KOH PHI PHI

DESTINATIONS TOURISTIQUES A PHUKET