NOSTALGIES NORMANDES A RAWAI...

normandie café à Rawai, Phuket

 LE NORMANDIE, PREMIER BAR FRANCAIS A RAWAI BEACH

Rawai, Phuket en 2000

Seule une poignée de farangs se souvient du premier bar français de Rawai, ouvert en 1999 par trois normands (David, Butch et Teten) séduits par le calme et l'authenticité du petit village de pécheurs. Le "Normandie Café" ouvrait ses portes à l'infime communauté d'expats et aux thaïs du village, ravis de voir des nouveaux venus; Idéalement situé au milieu de Rawai beach, en front de mer. A l'époque, il fallait aller à Chalong pour retirer de l'argent au distributeur, il n'y avait que le marché et un seul supermarket pour faire ses courses. Le soir, le choix pour les sorties nocturnes était fort restreint puisqu'il n'y avait que cinq bars et les restaurants français les plus proches se trouvaient à Kata. Les gros changements se sont brutalement fait sentir en 2005-2006, les bars se sont multipliés, la construction de maisons et d'hôtels a proliféré, la circulation s'est intensifiée. Le vent avait tourné et pas vraiment dans le bon sens...
Chaque saison a systématiquement été accompagnée d'évènements pas spécialement attractifs pour les touristes, de l'attentat de Bali, au tsunami en passant par la grippe aviaire. Il fallait avoir les reins solides pour passer au travers de tels désagréments.

 L'ETAT DES LIEUX VU PAR LES TROIS FRANCAIS

Rawai en 2000

-Rawai.fr : Pourquoi le choix de Rawai pour ouvrir votre établissement et comment l'histoire a t'elle débuté ?

-Butch : Ecoeurés par l'ambiance bétonnée et surfaite de Patong, c'est par hasard lors d'une promenade vers le Promthep que le coup de foudre a eu lieu pour nous trois, notre projet allait se concrétiser à Rawai, le doux village, les pieds dans l'eau... Quinze jours plus tard, notre bar aux airs de paillote offrait ses services à une clientèle plus que timide. La première saison n'a pas été très lucrative mais elle fût certainement la plus heureuse et la plus émouvante.

-David : Nous étions le cinquième bar à s'installer après le Nikita, le Rawai pub, le Moonlight et le Cheers. Il faut souligner l'ambiance paisible qui régnait entre chacun des bars, tout le monde se respectait et se visitait régulièrement. A l'époque, Il n'y a jamais eu de tensions entre les patrons.

-Teten : Les années suivantes ont été euphoriques et le Normandie a peu à peu pris son envol, nous étions devenus le bar branché du sud de Phuket, il faut aussi rappeler que la police pendant les trois premières années ne nous imposait pas d'heure de fermeture... Il fallait avoir une santé de fer et une patience sans bornes pour supporter les clients jusqu'au petit matin...

-Rawai.fr : Comment se passait la vie au quotidien et pouvez vous décrire d'avantage Rawai ?

-David : Curieusement nous avons ressenti beaucoup de jalousie voire de mépris chez les français qui résidaient déjà avant notre arrivée, nous n'avons jamais vraiment su pourquoi, peut être simplement parce que nous respirions l'insouciance et la joie de vivre...

-Teten : Surtout parce qu'on faisait 20 000 THB tous les soirs... On ne peut de toutes façons s'entendre avec tout le monde et c'est tant mieux, on se ferait chier "sévère"...

-Butch : Par contre les touristes étaient d'une fidélité extrême et revenaient nous voir chaque année, comme quoi on devait pas être si désagréable et le noyau dur d'expats devenait de plus en plus important...

-Teten : Pour en revenir à la vie quotidienne, jusqu'avant le tsunami, elle était douce, une circulation raisonnable, des thaïs amicaux et tolérants, ni drogués ni voleurs, je ne fermais pas ma maison à clef ! Les loyers étaient ridiculement bas, nous réussissions à tenir avec les bénéfices du bar ! A trois !

-David : Six mois de l'année seulement ! On rentrait généralement bosser en France en morte saison...
Pour en revenir à nos journées, c'était pas forcément reluisant vu les soirées arrosées... Réveils difficiles, plage en fin de matinée et l'heure de l'apéro arrivait vite... Restaurants quasiment tous les soirs, à Rawai nous allions au Don's café (un ancien ingénieur de la Nasa installé depuis quelques années) au Banana de Yin (aujourd'hui banana corner), au Wall d'Eric, tenu par Cathy et Arkom, chez Maguy et Mario, au Grand-prix de Lionel à Kata, au Celtique de Bertrand et Lek aussi à Kata à l'époque et chez Bouddha à la Cabane. Voilà pour ce qui était du nombre de restaurants et cuisine occidentale dans les parages...

-Teten : Je me souviens que nous allions souvent dans les innombrables karaokés aujourd'hui totalement disparus, il faut aller à Chalong pour en trouver. Nous y passions des soirée épiques avec les thaïs, des nuits blanches inoubliables...

-Butch : N'oublions pas non plus, quitte à passer pour des vieux croûtons qu'il n'y avait ni distributeurs, ni cybercafés, ni seven eleven, ni lotus et que nous appelions en France de cabines téléphoniques, à pièces !

 LES EVENEMENTS MARQUANTS

tsunami à Rawai, Phuket

-Rawai.fr : Quels sont selon vous les évènements qui ont participé au changement du village pendant ces dix dernières années ?

-David : Il y a beaucoup de choses, les touristes ne sont plus les mêmes, les "back-packers" ont pour la plupart délaissé Phuket pour des destinations plus originales, les retraités sont plus présents, les russes et ukrainiens ont envahi l'île. La concurrence entre les bars est devenue totalement ridicule, on compte plus de deux cents bars sur Rawai et ses alentours, pour les restaurants qui ouvrent aujourd'hui, la plus grande partie ne passe pas le cap de la basse saison.

-Butch : Le tsunami, forcément nous a profondément bouleversé, en plus nous avions travaillé sur le projet de la première "full moon party" à Phuket (Koh Bon) le 26 décembre au soir. Nous nous étions et avions énormément investi sur ce qui aurait été certainement la plus grande réussite de notre carrière à Phuket...
Depuis le tsunami, une digue a été construite avec les fonds récoltés. Avant nous avions la plage directement. Aujourd'hui la nature reprend ses droits, la digue est en miettes ! A croire que des économies ont été faites sur le ciment. Un ponton hideux et inutile a été construit, histoire de bousillé le paysage. La circulation même à Rawai est devenue difficile et de plus en plus dangereuse en haute saison.

-David : L' arrivée du Yaba (méta-amphétamines) a considérablement changé le comportement des plus jeunes. Avant les mômes de l'île se contentaient de fumer de la ganja et grattaient gentiment leur guitare en front de mer, les amphétamines les ont rendu beaucoup plus agressifs (j'en sais quelque chose...) et le nombre de cambriolages a proliféré.

-Teten : D'un point de vue purement commercial, il y a eu deux nouveautés qui ont changé la donne pour tous les bars du coin.
L'ouverture du Freedom bar, par le charismatique Charlie qui par sa mégalomanie, son exubérance, avait séduit et happé toute la clientèle du sud. Puis l'ouverture du Laguna sur Viset Road qui a fait disparaître les fumeuses ambiances des soupes shops après deux heures du matin.

 CE QUI VOUS POUSSE A RESTER A RAWAI

français à Rawai, Phuket

-Rawai.fr : A vous écouter vous trois on ressent une certaine nostalgie, qu'est-ce qui vous empêche de rechercher un nouvel Eldorado en Thaïlande ? ce ne sont pas les lieux magiques qui manquent dans ce pays !

-David : Je pars dans une semaine à Saïgon ouvrir un restaurant français, l'aventure ne fait que commencer...

-Butch : Je vis dans une confortable maison à cinq cents mètres de la plage, j'ai une fille et une femme adorable, mes habitudes de vieux, le sentiment de liberté reste unique ici, les contraintes sont infimes et le stress minime, les cinq différentes plages proches les unes des autres, l'atmosphère toujours douce et particulièrement attachante de Rawai beach.

-Teten : J'ai une compagne extraordinaire qui travaille à Rawai, son affaire est florissante. Moi je me sens toujours bien ici, j'ai juste changé mon rythme de vie, je me lève tous les matins à l'aube et dors profondément avant minuit. Je laisse aux jeunes générations les plaisirs de la vie nocturne. Si je m'ennuie, je prends le premier bateau et pars quelques jours. Le plaisir reste intact. Rawai reste un point de départ stratégique pour découvrir toutes les îles de la baie et de la mer d'Andaman. Tous les ans je découvre des gens intéressants. A Rawai.fr, je crois que vous êtes bien placés pour savoir que le sud de Phuket a encore un bel avenir devant lui, il reste un lieu riche en rencontres humaines et découvertes géographiques.

-Rawai.fr : Merci à vous trois de nous avoir fait profiter de cette balade dans le temps et bonne continuation.
-David : Pas de quoi, le plaisir était partagé.
-Butch : Pareil.
-Teten : Pareil.

PHOTOS : © Teten, Normandie Café

PHUKET EN 1960

vieilles photos de Phuket

DISCOTHEQUES

discothèques à Phuket

LES BARS DE RAWAI

les bars de Rawai à Phuket