LA GUERRE FRANCO-THAI (1940-41), LA DEBACLE FRANCAISE

guerre franco-thailandaise

La guerre franco-thaïlandaise (1940-1941) a opposé la Thaïlande du général Pibulsonggram et l'état français dans la péninsule indochinoise. Elle précède de quelques mois la guerre du Pacifique proprement dite. Les négociations avec la France avant la Seconde Guerre mondiale avaient prouvé que le gouvernement français était disposé à faire des modifications mineures dans les frontières avec l'Indochine. Après la défaite de la France en 1940, le premier ministre de la Thaïlande, décida que la défaite de la France donnait aux Thaïlandais une chance encore meilleure de regagner les territoires perdus.


régiment du Tonkin

Le 12 juin 1940, le gouvernement thaïlandais avait accepté de signer avec la France un pacte de non-agression mais après la déroute française de 1940, le premier ministre thaïlandais Phibun entrevoit une chance pour la Thaïlande de récupérer les territoires abandonnés à la France durant le règne de Chulalongkorn (provinces de Melou Prei et de Tonlé Repou en 1904, et provinces de Battambang, de Sisophon et de Siem Reap en 1907 qui fut cédé en 1867 contre la reconnaissance du protectorat sur le royaume khmer; Ces provinces furent toutes rattachées au Cambodge), et de venger les humiliations subies en 1893 (rattachement du Laos à l'Indochine française) et 1904. L'affaiblissement de la métropole rendait le maintien du contrôle français sur l'Indochine hasardeux et difficile. L'administration coloniale, privée d'aide et de renforts, avait été forcée à autoriser les Japonais à s'installer en Indochine française après la prise de Lang Son (offensive des 22-25 septembre 1940). La faible résistance française face à cette invasion convainc le régime de Phibun qu'un affrontement militaire tournerait à son avantage.
Les forces françaises en Indochine étaient composées de 50 000 hommes, dont 12 000 français, organisés en 41 bataillons d'infanterie, deux régiments d'artillerie et d'un bataillon des ingénieurs. La faiblesse la plus évidente de l'armée française était son manque de chars : elle pourrait seulement mettre en place 20 Renault FT-17 contre 134 pour l'armée thaïlandaise. L'armée de l'air était composée approximativement de cent avions, dont environ soixante pouvaient être envoyés en première ligne. Ceux-ci se sont composés de 30 Potez 25, de quatre Farman 221s, de six Potez 540, de neuf Morane-Saulnier M.S.406, et de huit Loire 130. L'armée thaïlandaise était relativement bien équipée. Elle se composait d'environ soixante mille hommes. La plus grande était l'armée de Burapha avec ses cinq divisions. Les formations indépendantes sous la commande directe du haut commandement d'armée ont inclus deux bataillons motorisés de cavalerie, un bataillon d'artillerie, un bataillon des transmissions, un bataillon d'ingénieur et un régiment blindé. L'artillerie avait à disposition un mélange de Krupp âgé, d'obusiers Bofors modernes et des pistolets de champ, alors que soixante chenillettes Carden-Loyd et trente Vickers 6-Ton composaient l'arme blindée.

troupes françaises en Thaïlande

Après des manifestations nationalistes et anti-françaises à Bangkok, des escarmouches frontalières se succèdent le long du Mékong. L'aviation thaïlandaise, supérieure en nombre, bombarde de jour Vientiane, Sisophon, et Battambang en toute impunité. Les forces aériennes françaises tentent des raids en représailles, mais les dégâts causés à la Thaïlande sont bien moindres. L'amiral Jean Decoux, gouverneur général d'Indochine, reconnaît d'ailleurs que les aviateurs thaïlandais pilotaient comme des hommes ayant plusieurs campagnes à leur actif. En décembre 1940, la Thaïlande occupe Pak-Lay et le Bassac. Début janvier 1941, le Burapha Thai et les armées Isaan lancent une offensive sur le Laos et le Cambodge. La résistance française est immédiatement en place, mais de nombreuses unités sont surpassées par les forces thaïlandaises, mieux équipées. Les Thaïlandais occupent rapidement le Laos, alors qu'au Cambodge la résistance française est meilleure. Le 16 janvier, la France lance une large contre-offensive menée par le 5e régiment étranger d'infanterie sur les villages thaïlandais de Yang Dang Khum et de Phum Préav, où se déroulent les plus féroces combats de la guerre. La contre-attaque française est bloquée et s'achève par une retraite, mais les Thaïlandais ne peuvent poursuivre les forces françaises, leurs chars ayant été cloués au sol par les canons anti-char français.

guerre franco-thai

La guerre fait selon certaines sources environ 3 400 morts. Le Japon, désireux de s'assurer la collaboration militaire de la Thaïlande, intervient rapidement en médiateur dans le conflit. Un ultimatum impose d'abord aux deux belligérants un armistice, proclamé le 28 janvier. Le 9 mai, la France, sous contrainte japonaise, signe un traité de paix, par lequel elle abandonne les provinces de Battambang et Siem Réap, prises au Cambodge, de Champassak et Sayaburi (prises au Laos qui cède ainsi les territoires sur la rive droite du Mékong) soit un territoire de plus de 50 000 km2 habité par 420 000 personnes. Ce traité est suivi d'un autre entre la France et le Laos le 21 août. Cette annexion provoque, en juillet 1941, l'imposition par les États-Unis d'un embargo sur les livraison de pétrole vers le Japon et la création, avec l'aide des services secrets anglo-saxons, du Thaï Séri (les Thaïs libres), organisation clandestine anti-japonaise. Le gouvernement thaïlandais promet oralement aux Japonais de leur laisser le passage sur son territoire dans le cadre de l'attaque sur la Malaisie prévue par l'Empire. Le 8 décembre 1941, la Thaïlande n'ayant toujours pas répondu aux demandes japonaises, le Japon décide de passer outre et, afin de pouvoir passer en Malaisie, envahit le territoire de la Thaïlande. Cette invasion se conclut par la bataille de Prachuab Khirikhan et un cessez-le-feu quelques heures plus tard, puis la Thaïlande s'allie au Japon. Les territoires annexés par la Thaïlande ne sont restitués à la France qu'en novembre 1947, qui ne les conserve pas longtemps, car les territoires d'Indochine obtiennent l'indépendance peu après. La faiblesse que la France a révélé est un des facteurs de cette décolonisation.

L'armée française eut un total de 321 tués, dont 15 étaient des officiers. Après le 28 janvier, elle avait 178 disparus (6 officiers, 14 sous-officiers, et 158 hommes enrôlés). Les Thaïlandais avait capturé 222 hommes (17 Nord-africains, 80 Français, et 125 Indochinois). L'armée thaïlandaise eut un total de 54 tués et 307 blessés. 41 marins et soldats de la marine thaïe ont été tués, et 67 ont été blessés. À la bataille de Koh Chang, 36 hommes ont été tués, dont 20 appartenant à HTMS Thonburi, 14 à HTMS Songkhla, et 2 à HTMS Chonburi. L'Armée de l'Air thaïlandaise a perdu 13 hommes. Le nombre de militaires thaïlandais capturés par les Français est de 21. Environ 30% des avions français ont été rendus inutilisables vers la fin de la guerre, une partie en raison de dommages mineurs dus à des raids aériens. L'Armée de l'Air a admis la perte d'un Farman F221 et deux Morane-Saulnier MS.406 détruits au sol, mais en réalité ses pertes étaient plus grandes. Au cours de sa première expérience de combat, l'Armée de l'Air Royale thaïlandaise a prétendu avoir abattu cinq avions français en l'air et dix-sept détruits au sol, pour la perte de trois de ses propres avions dans le ciel et de cinq à de dix détruits dans des raids aériens français sur les terrains d'aviation thaïs.
Sources: Wikipédia

territoires cédés par le Siam

OLD GOOD DAYS

anciennes photos de Phuket

JEAN BOULBET

Jean Boulbet et la baie de Phang Nga

ACTUALITES

Actualité de Phuket