ENTRETIEN AVEC THIERRY COSTES DE SIAM EVASION 

THIERRY COSTES SIAM EVASION

  SIAM EVASION, EXCURSIONS AVEC GUIDE FRANCOPHONE A PHUKET

Originaire de la région toulousaine, Thierry Costes a fondé sa compagnie Siam evasion en 2004. Il propose des circuits dans la région de Phuket. Thierry nous détaille son parcours et nous fait partager son expérience au cours de cette entrevue.

  L'INTERVIEW

Pas moyen d'obtenir de rendez-vous avec Thierry, avant 19h00... En haute saison, ses journées sont interminables, debout à l'aube pour éviter les embouteillages et prendre en charge ses clients à l'hôtel, puis découvrir toute la journée les plus beaux sites de la région... Quelle que soit l'heure de la journée, les neurones de ce personnage hyperactif sont en perpétuelle effervescense ! La soirée promet quelques débats animés autour d'une bonne bouteille puisque le responsable fondateur de Siam Evasion, m'invite au restaurant français "La Cabane", pour cette interview. J'ai déjà quelques Pastis dans le nez quand Sa Majesté décide de m'honorer de sa présence... En fin de repas, enfin rassasié et légèrement ivre, il m'autorise à sortir mon dictaphone.

-Rawai.fr : Quand et comment vous est venu ce projet de créer cette entreprise de visites guidées dans la région de Phuket, et quelles ont été vos principales motivations ?

-Thierry : J’ai créé Siam Evasion quatre jours avant le tsunami en 2004 mais je n’ai pu conclure, tsunami oblige. J’ai donc finaliser la création de Siam Evasion un an et demi plus tard lorsque les touristes sont revenus sur Phuket.
En fait, ma fille Nina est née en 2004 et je me devais de trouver un business pour générer quelques revenus et ainsi nourrir les miens.
Je trouvais le monde des excursions pathétique sur Phuket alors que c’est la première place balnéaire d’Asie. Seule l’industrie du tourisme est reine sur cette ile et les guides n’ont aucune formation digne de ce nom pour en apprendre vraiment sur ce pays à leurs clients. Il était tant que cela change. C’est pourquoi j’ai crée Siam Evasion afin de donner enfin un service de qualité.
Douze ans après, j’ai l’impression d’être encore le seul à œuvrer à contre-courant de l’industrie de masse et offrir à mes clients les plus beaux sites tout en leur donnant la clé pour comprendre cette singulière culture thaïe. En une seule journée lors d’une excursion avec Siam Evasion, ils en savent davantage sur ce peuple et ce royaume que bien des expatriés qui vivent ici depuis pourtant longtemps, sans plaisanter.

-Rawai.fr : Depuis combien de temps êtes-vous installé à Phuket ?

-Thierry : Je suis venu à Phuket il y a presque vingt ans déjà. Je suis tombé amoureux de ce pays. Puis, j’ai rencontré une fille issue d’une famille séculaire de Phuket avec qui j’ai composé un triangle œdipien, la mère de ma fille. Une histoire banale en somme. Sauf que je n’avais jamais vu de toute ma vie une fille aussi jolie et plus encore, même si les filles sont jolies partout en ce monde.

-Rawai.fr : Pourquoi avoir choisi la Thaïlande et plus précisément l'île de Phuket ?

-Thierry : Je suis venu ici, à Phuket, pour faire des recherches historiques pour écrire un livre sur les deux ambassades envoyées par Louis XIV au Royaume de Siam fin XVIIème siècle mais je n’ai jamais publié le livre.

-Rawai.fr : Quelle fûrent les difficultés majeures rencontrées, pour monter cette compagnie ?

-Thierry : Les difficultés fûrent multiples et cela nécessite un coût. N’oubliez pas que je suis un littéraire et que thésauriser n’est pas ma faculté première. De plus, il ne suffit pas de créer une société d’excursion pour avoir des clients, c’est toute la difficulté d’une telle aventure.

-Rawai.fr : Combien de temps avez-vous bouffé de la vache enragée avant de connaître ce succès ?

-Thierry : Malgré tout, j’ai eu la chance que le Club Med signe un contrat dès les débuts avec Siam Evasion. Grace à ce contrat, j’ai pu immédiatement bosser. Puis d’autres hôtels m’ont contacté tels The Slate, Novotel et j’en passe. J’ai donc pu avoir de nombreux clients sans attendre et ce fut un succès. A croire que ce nouveau concept d’excursion séduisait tout ce monde.

-Rawai.fr : Sur votre site et sur les réseaux sociaux, vous vantez les qualités uniques et originales de vos circuits, expliquez-nous ce qui différencie vos excursions de celles des autres tour operators.

-Thierry : Non seulement lors d’une excursion, nous nous devons de montrer les plus beaux sites et panoramas à nos clients. Il nous faut aussi les contenter quant à leur curiosité légitime de ce pays visité. Les touristes sont avides d’en connaître davantage sur la Thaïlande et je les comprends aisément.
C’est notre challenge à Siam Evasion, les satisfaire au-delà de leurs espérances. Je m’y emploie au quotidien depuis toujours avec les guides thaïs qui nous accompagnent et que je forme en chemin au vrai métier de guide.
Je suis content de voir revenir mes clients du jour avec toutes les clés pour leur faire apprécier ce pays que j’aime tant. Sans arrogance aucune, ils reviennent émerveillés et c’est tant mieux.

-Rawai.fr : Quels sont selon vous, les sites incontournables que les voyageurs se doivent de visiter ?

-Thierry : Etrangement, les sociétés d’excursions sur Phuket ne choisissent pas toujours les plus beaux sites. Elles pensent trop au business et se retrouvent toutes sur les mêmes sites au même moment, l’heure la pire.
Peut-être passent-elles des contrats avec les commerçants sur place pour ainsi toucher des commissions sur les sommes dépensées par leurs clients ? Peut-être manquent-elles d’originalité dans leurs excursions sachant que le monde entier vient à Phuket et que les clients seront toujours plus nombreux ? Je ne saurais dire.
Quant aux sites incontournables, je resterai muet sur le sujet afin de ne point me faire copier. Il est hors de question que je livre ici tous mes secrets. Je préfère réserver à mes clients ce privilège.

-Rawai.fr : Pouvez-vous nous parler en avant première, de votre récente expérience avec la chaîne de télévision Arte ou préférez-vous rester discret ? On susurre également en coulisse, que vous auriez d'autres projets avec la chaîne ?

-Thierry : Je viens en effet de réaliser avec eux leur dernier reportage sur La Thaïlande à leur demande. Ce fut un réel plaisir de travailler avec Arte, cette chaine ne se suffit aucunement de reportages moyens et leurs journalistes sont très pointus. Je n’en dis pas davantage, vous verrez tous ce documentaire dès le mois de juin prochain sur vos écrans.
La réalisatrice, Marisa Cattini, est une fille qui surfe sur l’élément culturel, elle ne se suffit pas d’informations lambda, elle assure grave. Le cameraman venu avec elle, un pro de chez pro, fait partie du panthéon dans le genre au vu de ses multiples documentaires réalisés, du très lourd !
Quant à la suite, il est trop tôt pour en parler. Néanmoins, il est possible qu’un nouveau documentaire se fasse ici bientôt mais je ne vous en dirai le thème. Un thème majeur, sachez-le, si jamais…

-Rawai.fr : Vous pouvez nous en dire davantage sur le thême du reportage ?

-Thierry : Oui, bien-sûr. En fait, le sujet du documentaire est sur Alex Garland, l’auteur de ce fameux roman « La plage (The Beach) » qui fut adapté au cinéma par Hollywood et qui connut le succès que l’on sait avec Di Caprio. 

L’équipe d’Arte revenait donc sur les pas de cet écrivain dans le sud thaïlandais. Alex Garland, issu d’une bonne famille de la middle-class anglaise, se destinait à être, tel son père, un dessinateur commentant l’actualité tel que Plantu le fait en France aujourd’hui pour ne vous donner qu’un exemple. Sauf que son voyage en Thaïlande, dès sa première année de fac, bouleversa ses plans. C’est ainsi qu’il se mit à rédiger ce roman et devint finalement écrivain. La Thaïlande est un pays tellement inouï que je peux comprendre ce changement soudain dans le cours de sa vie, il en fut de même pour moi dans mon existence mais dans une plus modeste mesure. 

Il eut la chance qu’Hollywood fut séduit par ce scenario, il vendit 200 000 exemplaires de son livre et toucha une somme considérable pour le film ce qui lui permit de continuer à écrire. Son second roman « Tesseract » fut également adapté au cinéma dans un film de Oxide Pang Chun. En 2004, il publia « Le Coma » dans un genre fantastique, un roman qui prend naissance aux Philippines, encore le sud-est asiatique. Bref, dès son premier voyage en Thaïlande, son existence fut bouleversée et sa vie fut toute autre que celle qu’il avait imaginée jusqu’alors. Faut croire que tout séjour dans ce royaume libère des énergies nouvelles. 

Avec Arte, à travers ce mini reportage, nous avons donc tenté de revenir sur son itinéraire et toucher quelque peu à l’essence de cette contrée insolite comme aucune autre. J’espère que nous aurons réussi ce challenge. L’émission du 5 juin à 16h30 sur cette chaîne nous l’apprendra mais je n’en doute pas malgré le peu de temps que nous avons passé sur ce sujet. 

Lors de ce reportage, je les emmène sur un site inconnu et pourtant majeur, un ermitage bouddhique ancien oublié depuis un siècle déjà entre jungle et concrétions calcaires, un site étonnant que j’ai découvert il y a trois ans, un musée encore vivant composé de multiples statues d’argile à couper le souffle, un univers insolite représentant l’enfer dans l’école indienne du bouddhisme dont la Thaïlande est le pays-phare. Vous verrez, ce site est ô combien saisissant, on prend une claque lors de cette visite, on reste muet devant ce spectacle dantesque. Un must !... Je pense que l’équipe d’Arte a été impressionnée durant cet épisode, comment ne pas l’être ? Du très lourd, croyez-moi, je pèse mes mots. 

Toujours est-il que ce fut sympa de faire ce documentaire. Nous avons beaucoup ri ensemble tout en échangeant des propos culturellement majeurs qui n’apparaitront vraisemblablement pas dans le reportage. 

Evidemment, nous avons fini notre rencontre sur une note épicurienne, nous nous sommes quittés sur un dîner bien arrosé au Blue Elephant à Phuket-Ville juste après nos pérégrinations hautes en couleur de la journée afin de clôturer ce documentaire sur un océan de dièses. 

Nous restons en contact depuis et – qui sait ? – peut-être de nouvelles aventures naitront ensemble lors d’un prochain reportage, il y a tant à dire encore sur cette Thaïlande où je vis aujourd’hui depuis si longtemps et que j’aime tant.

-Rawai.fr : De nombreux jeunes occidentaux pensent qu'il est simple de s'installer et monter sa propre boîte en Thaïlande... Est-ce vrai ? Et si oui, quels seraient vos conseils pour réussir un business ici ?

-Thierry : A dire vrai, je pense que c’est tout sauf facile de créer un business à Phuket aujourd’hui comme hier. Le monde entier est sur le créneau et les places sont chères. A moins d’avoir une idée géante. Ceci dit, j’ai appris en chemin que rien n’est impossible.

-Rawai.fr : Quelle est votre plage préférée à Phuket ?

-Thierry : Quand je suis arrivé ici, ma plage préférée était Nai Harn Beach, un rêve. Mais très franchement, je n’y vais plus depuis des années, c’est obsolète. Un monde fou la fréquente désormais. S’il me fallait faire un choix, j’élirais Hat Sai Kaew, la plage aux tortues-luth dans les confins nord de l’ile de Phuket. Elle est ignorée de tous, le seul rivage oublié, un espace immense s’offre au promeneur amoureux de la Mer Andaman. Oui, c’est cette plage que j’aime entre toutes sur Phuket aujourd’hui.

-Rawai.fr : Quelle est votre île favorite dans la région ?

-Thierry : Je ne saurais répondre tellement les iles autour de Phuket sont envahies par l’industrie de masse. Des milliers de speed boat quittent Phuket au quotidien et emmènent le monde entier à la découverte des iles. Je crois bien que les seuls sites majeurs sont continentaux dans le sud thaïlandais qui recèle encore de lieux non-visités à couper le souffle sans touriste aucun pour gâcher l’atmosphère. Le sud thaïlandais, version continentale, nous offre les plus beaux sites du royaume, soyez en certain.

-Rawai.fr : Quels sont vos bars préférés à Phuket ?

-Thierry : Je ne vais jamais dans aucun bar. Les potes viennent boire l’apéro chez moi sachant que je me lève tôt et m’endors tôt. Faut dire que, malgré le boulot, je reviens dans ma demeure avec un seul credo, continuer à écrire sur mon pupitre. Des crêtes mélancoliques m’envahissent dès le crépuscule et je n’ai que mon alchimie verbale pour exprimer mon spleen. Mes billets d’humeur sur votre site web en sont un modeste exemple.

-Rawai.fr : Quels sont vos restaurants favoris à Phuket ?

-Thierry : Par contre, j’adore les restaurants, j’y dilapide l’essentiel de mon budget et adore m’oublier des heures sous le firmament au bord du rivage. Je n’en citerai aucun, ils n’ont pas besoin de moi pour un élan publicitaire. Si je vous donne les noms, il est évident que demain une foule s’y pressera et je ne pourrai plus ainsi rêver peinard sur la table d’Epicure au chant des grillons. Je garde donc ces quelques adresses au secret. Néanmoins, je vais tout de même vous donner mon restaurant préféré du moment, Little Paris Phuket à Cherngtaley entre Bangtao et Laguna. Non seulement les plats sont divins, un régal, mais Mario, le boss, est un mec incroyable, de la dynamite. L’atmosphère y est extraordinaire.

-Rawai.fr :  Merci Thierry de nous avoir consacré un peu de votre temps, de nous avoir fait profiter de votre expérience.

-Thierry : Merci à vous de m'accueillir sur votre site !

Je vois bien que Thierry est insatiable, aussi je l'invite à venir boire à la maison, un Calvados 10 ans d'âge... 

TRANSPORTS A PHUKET

TRANSPORTS EN THAILANDE

HOTELS PHUKET

HÔTELS A PHUKET

SCOOTERS LOCATION

LOCATIONS SCOOTERS PHUKET

BILLETS D'AVIONS

VOLS PARIS PHUKET