LE GRAND NETTOYAGE A PHUKET

dictature en Thaïlande

  • Depuis sa prise de pouvoir le 22 mai, la junte militaire a lancé plusieurs campagnes de répression contre divers délits tels que l'empiétement de terrains public ou protégés. Les putschistes ont enjoint les gouverneurs et autres responsables locaux à faire respecter la loi sur leur circonscription sous peine de sanctions. Le vice-gouverneur de Phuket, Chamroen Tipayapongtada et le maire de Cherng Talay, Ma-ann Samran, ont ordonné le 11 juin que les commerces en bordure de certaines plages cessent toute activité sous sept jours et disparaissent sous trente sous peine de poursuites judiciaires. Ils ont insisté sur le fait que ces commerces dénaturent le paysage et dérangent les touristes.

 L'AVIS DE QUELQUES EXPATRIES ET HABITUES DE PHUKET

Nous avons interrogé quelques expatriés et touristes habitués de Phuket, afin de connaître leurs sentiments sur ces récentes actions militaires pour le moins radicales. Ce grand nettoyage était-t'il vraiment nécessaire et quelles en sont les possibles conséquences à moyen terme ?

 Frédéric Lavorel

pool art cover phuket

Co-responsable de ART POOL COVER à Phuket

Cela devrait permettre à Phuket de retrouver un peu de sa splendeur, sa symbolique et surtout son authenticité (tout au moins, pour un temps)! Les deux derniers mois ont été riches en évènements et pas toujours faciles à interpréter... Je vais m'en tenir à commenter les sanctions très strictes prises à l'encontre d'agissements fautifs, comme par exemple le non-respect grandissant de la Loi littoral sur les côtes de Phuket (valable aussi pour Samui, Phiphi, Pattaya, etc..).
Le milieu des affaires est en permanence déstabilisé, fragilisé par des affaires de corruption, il était grand temps d'opérer quelques recadrages salvateurs comme la lutte contre le travail illégal, s'attaquer à la mafia des taxis et tuk-tuk, et mettre un bon coup de frein à la spéculation foncière, à l'urbanisation effrénée, au bétonnage massif et aux aménagements mal planifiés des bords de mer...
La junte militaire a donner une légère pichenette aux aficionados des «dérives» mafieuses et veille à la réelle application de la loi... Ce n'est pas une mauvaise chose et ne peut que rassurer le milieu du tourisme et des affaires !!!
Pour terminer sur une bonne note, parlons baromètre du commerce, voici mon point de vue à court, moyen terme... Les temps sont difficiles, dire le contraire serait mentir car le nombre de touristes a significativement baissé en mai/juin/juillet, et si de nombreux commerçants sont frappés de panique, nombreux sont ceux qui croient que les changements du moments offrent une voie vers un avenir plus durable, plus équitable et un Phuket plus désirable. Comme tous les ans, la haute saison dope et valorise l'activité et je crois que cette année plus particulièrement, si la nouvelle campagne de la TAT porte ses fruits, nous en tirerons tous satisfaction et bénéfices !!!

 Paul Mahler

http://lesiamois.net à Phuket

Plume au PHUKET FRANCOPHONE et responsable de LESIAMOIS.NET

CHERCHER L'ERREUR
Imaginez une plage déserte, immaculée, dont le sable blanc au grain fin comme de la farine, se mêle à l'eau claire et turquoise d'une mer tropicale.
Bien avant l'aube, les pêcheurs détachent les amarres qui retiennent les pirogues aux palmiers du rivage, et traînent les embarcations vers les vagues: il est temps de partir au large où le poisson abonde.
Quand arrive la saison des pluies, il est assez inconfortable d'attendre la marée sous les assauts de Mousson. L'un des pêcheurs construit donc une cabane de bois flotté, dont le toit de chaume le protège des averses. Comme l'idée est bonne, elle est reprise par ses collègues qui construisent d'autres huttes sous lesquelles s'abriter. La vie est douce.
Un beau jour, quelques étrangers subjugués par la beauté du site, demandent aux pêcheurs s'il leur serait possible de passer deux ou trois nuits sur place. L'hospitalité fait partie de la tradition locale: on leur propose donc une des huttes disponibles sur la plage; on leur offre quelques poissons frais, qu'on fait cuire au feu de bois. La nuit est magique, c'est le paradis.
Quelques temps plus tard, les étrangers reviennent avec des amis. Ils sont plus nombreux cette fois. Il leur faut plus de huttes, plus de poissons aussi. Mais ils proposent de payer leur hébergement et leur nourriture. Quand ils ne sont pas en mer, les pêcheurs érigent quelques cabanes supplémentaires. Une femme du village, entreprenante, installe près des huttes une gargote servant de la cuisine locale et des boissons. La plage est toujours calme et magnifique au soleil.
L'année suivante, les huttes se sont multipliées, et les gargotes aussi. Pourtant, le Chef du village est un peu ennuyé car la Loi dit que la plage doit rester vierge de toute construction. D'un autre côté, les village se porte bien mieux depuis que tous ces étrangers viennent y dépenser leur argent. Puisque personne ne se plaint, autant laisser faire.
Trente ans plus tard, un magnifique front de mer illumine la nuit de ses réverbères mais ceux-ci sont bien pâles si on les compare aux enseignes de néon et aux écrans géants des grands hôtels et des restaurants qui pullulent sur la digue. La fête bat son plein tout au long des beach clubs qui parsèment la côte, ou des bars dont les terrasses surplombent la plage. Quand la nuit s'achève, lorsque les derniers fêtards regagnent leur hôtel en titubant entre les ordures, les déchets de la nuit s'entassent sur le sable pour être bientôt emportés par les vaguelettes huileuses de la marée montante.
Les huttes de chaume ont disparu depuis longtemps, tout comme les derniers pêcheurs. Leurs petits-enfants se sont reconvertis en chauffeurs de taxi et attendent leurs premiers clients dans la lueur de l'aube.

(Cet article a également été publié sur LESIAMOIS.NET et le PHUKET FRANCOPHONE)

 Antoni Tomaselli

deep bar rawai phuket

Propriétaire et gérant du DEEP BAR à Rawai, Phuket

On passe d'un extrême à un autre, les thaïlandais sont excessifs et n'ont jamais de limites. Hier, des milliers de transats, des centaines de massages et aujourd'hui, le désert, nada, zéro, le néant !
La dernière quinzaine de juillet, mes enfants sont venus me rendre visite. Comme tous les gosses, ils adorent rester des heures à la plage de Nai Harn (ça les change de Knokke-le-zoute !) Mais cette fois-ci... Pas un transat, pas un parasol, pas moyen d'acheter une bouteille d'eau sans être obligé d'aller au 7/eleven le plus proche... Du coup personne n'a voulu y rester... Je ne pense pas que ce soit la meilleure décision pour faire revenir le tourisme de masse.

 Laurent Loizeau

Laurent Loizeau

Designer, décorateur, artiste à Phuket

Les abris de tuk tuk, les plages occupées, les titres de propriété indus.......etc...Seule l'armée (malheureusement) pouvait mettre un terme a ces abus qui empiétaient sur le domaine public. Je suis persuadé que les services que j'apprécie tels que les chaises longues et la petite restauration seront de retour avant la haute saison, légalement, avec en bonus une meilleure gestion de l'espace et un entretien durable*. Pour les expats et les touristes, sur le long terme, ce coup de pied dans la fourmilière aura du bon. Etre dans la légalité reprendra tout son sens.

 Jean Philippe Sabbadini

Jean Philippe Sabbadini

Intermittent à Phuket

Que dire de l'action militaire à Phuket qui vise a nettoyer les plages? Il est clair que dans l'idée tout parait magnifique et dénué d' intérêt, mais bon... Connaissant un peu la Thailande, j'en doute fortement, de plus très honnêtement, à part les abus de Patong je trouve que c'était plutôt agréable de pouvoir profiter d'un matelas pour 2 € et pouvoir boire un petit verre ou manger un petit bout sur la plage. Je ne suis pas sûr que leur action soit très bénéfique pour le tourisme, bien au contraire... Après, comme d habitude en Thailande, lorsque certains auront payé les bonnes personnes, tout redeviendra comme avant voire même pire. Mais j'avoue ne pas avoir encore vu le résultat, donc je ne peux pas réellement juger... Peut être que leur action est vraiment géniale et qu'après s'être occupés des plages ils vont s'attaquer aux "magnifiques" constructions et immeubles qui polluent tout le littoral et transforment petit à petit Phuket en Grande Motte. Mais faut pas rêver...

 Philippe Lemaire

la cabane restaurant phuket

Responsable et chef du RESTAURANT LA CABANE à Rawai

je suis ultra favorable à ce grand chambardement! Enfin nous allons retrouver des plages natures et moins de béton. La "mafia des matelas" va disparaître. L'armée prévoit de donner des concessions officielles à des sociétés ou à des responsables qui payeront leurs locations et l'on ne verra plus les 4 a 5 rangées de matelas. La mafia est en train de sauter! Vive la vraie démocratie ! Ce genre de réformes menées par l'armée sont bénéfiques pour le pays. Ce gouvernement provisoire assure un prochain retour à la démocratie et promet des élections contrôlées et sans magouilles. L'armée compte rester à 50 % dans la composition du gouvernement jusqu'à ce que la situation s'améliore. La constitution va être modifié et si le roi venait à décéder, sa fille accéderait alors au trône.
Il était temps faire le ménage et devenir plus strict avec le peuple mais aussi avec les touristes profiteurs et en situation illégale. Je suis ravi pour les thaïs. Eux aussi sont favorables à 80 % des décisions prises par l'armée.

 Jasmine Pensini

Jasmine Pensini

Responsable du JARDIN DES LOTUS à Nai Harn

Je dois dire que de voir la nature rendue à elle-même me semble être une bonne chose, ça me rappelle Phuket il y a 25 ans. J'adore aller à la plage en ce moment sans avoir à prendre une chaise et un parasol, mais rechercher un palmier qui m'offrira un peu d'ombre.
En ce qui concerne le tourisme, je ne pense pas que ça va être possible en haute saison.
Je pense aussi que l'armée devrait maintenant organiser le nettoyage des plages, c'est triste de les voir dans cet état.

 Patrick Gasiglia

phuket windsurfing

Responsable de PHUKET WINDSURFING à Phuket

Bien qu'antimilitariste de longue date, je ne peux que me réjouir du travail accompli; Enfin je retrouve le Phuket de mes débuts. Des plages plus naturelles et sans rangées de matelas et de parasols, pour Nai Harn où j'habite, les amoureux de la plage peuvent maintenant se délasser et se protéger du soleil dans la magnifique pinède enfin dégagée des terrasses de restaurant. Il fallait bien mettre un terme à cette sournoise invasion sinon on peut aussi finir avec des héliports sur les plages. Les mécontents peuvent faire comme dans beaucoup d'autres endroits, il suffit d'acheter un parasol de plage et d'étendre sa serviette, si vous n'aimez pas le sable, allez à la piscine !
Un bon coup de balai a toute cette mafia locale orchestrée par les responsables de l'OBOTO, BRAVO !!!

 Rainier Vigneau

Rainier Vigneau

Résident à Phuket et blogger de DESTINATION SIAM

Pour le moment c'est difficile de donner un avis. On n'a aucune idée des projets, des idées qui planent...
Comme dit dans mon article (LA GRANDE LESSIVE), les touristes qui fréquentent les plages veulent s'installer sous un parasol, sur une chaise et pouvoir manger ou grignoter... On avait ça jusqu'à présent... La situation actuelle est plutôt inquiétante: les plages vont t'elles rester dans cet état? Si oui, c'est la mort du tourisme de masse ! Si c'est pour avoir des plages comme à Koh Yao Yai : rien de rien, rien à faire, rien à boire ou à manger: les gens iront voir ailleurs... Les mairies vont t'elles redistribuer des lots ou des emplacements pour les commerçants... il faut l'espérer !
En tout cas, une chose est sûre, ça ne peut pas rester comme ça. Wait and see !

 Sylvain Leboucher

Butch

Père au foyer à Phuket

Il est hélas inutile selon moi et bien tard pour se poser se genre de question. Le mal est fait. Les paillotes ne m'ont jamais dérangé, au contraire. Manger un morceau, les pieds dans le sable, en bord de mer a toujours été pour moi un réel plaisir. Les gouvernements précédents ont eu moins d'états d'âme pour délivrer les permis de construire des hôtels méridien (qui se fondent soi-disant tellement bien dans le décor), des tours à Patong; A Rawai raser les palmeraies pour y batir des immeubles de trois étages, construire une immonde digue et une jetée dont on ne connaît toujours pas la fonction exacte. Alors pourquoi aller emmerder les plagistes qui exercent leur métier depuis plus de 15 ans??? Ils doivent l'avoir bien mauvaise les beach boys de Nai Harn.

 Samy Gheraz

INFINITY OCEAN PHUKET

Responsable du centre de plongée INFINITY OCEAN à Phuket

Il y a tellement de choses à dire que je ne sais pas par quoi commencer !
Bien que !? Rien qu'en écrivant cette 1ère phrase, il y a le verbe "commencer" !
Comment tout à commencé ? Comment nos plages ont pu se retrouver ainsi ? L'appât du gain ? Planète surpeuplé ? Un mélange des 2 ? Avec en plus, le non respect de l'environnement !!!???
Notre planète est là depuis environ 4,5 milliards d'années !!! Elle était là avant nous et Elle restera là après nous !
Comment rendre tout cela plus efficace afin que chacun de nos actes puissent avoir plus de poids ? Que le message ne soit pas limité à sa cuisine, à sa poubelle ou encore à "l'Économie" d'un pays ou d'une région ?
Aujourd'hui les mentalités sur le respect de l'environnement ont évolué, même s'il y a encore du chemin à faire. Il y a quelques années, il était normal de ne rien trier ou recycler car les soucis de pollution n'étaient pas d'actualité. On est en droit de savoir si la qualité de l'air s'est améliorée, si les nappes phréatiques sont devenues plus propres et si, par exemple, nous avons réduit de façon conséquente nos déchets plastiques.
Ce "nettoyage" a quel but ? Je ne suis malheureusement pas convaincu que se soit pour préserver notre planète !
Il est certain que chaque personne, ayant constaté ce changement, a fait une remarque positive !
Nous auront beaucoup moins de déchets plastiques, qui sont au cœur du sujet de la pollution majeure qui en découle. Le respect de l'environnement et l'urgence à réagir face à cette pollution est abordé complètement différemment selon les villes et/ou les Pays.
Il faut se rendre compte que 80% des déchets retrouvés en mer viennent de l'intérieur des terres et 75% d'entre eux sont composés de plastique.
Que nos plages ne ressemblent plus à une déchetterie mais enfin à une côte sauvage ! C'est magnifique. S'occuper sérieusement du nettoyage des plages et de mettre les moyens pour rendre nos côtes impeccables devrait être la mission de chaque personne.
J'espère que nos plages resteront le plus longtemps préservés... Que ces actions n'en resteront pas là et surtout que l'objectif 1er de "ce nettoyage" soit pour notre Planète et non pour l'Homme.
Attendons de voir après 2015, comment seront nos plages !

 WAIT AND SEE...


La haute saison est proche et personne ne sait encore ce que l'armée compte faire pour accueillir les touristes dans les meilleures conditions. Pas de panique, respectons ces sympathiques petits hommes verts et leur jovial représentant... Laissons-leur le temps d'aller au bout de leur projet.
En espérant que nous assisterons à un aménagement plus subtil et plus réglementé, que les contrôles concerneront également l'urbanisation à outrance dans les terres afin de préserver la forêt et les dernières palmeraies.

STREET FOOD

recettes thailandaises

FEMMES FANTASMES

VIE NOCTURNE A PHUKET

PHUKET VINTAGE

vieilles photos de Phuket

 BAIE DE PHANG NGA

Koh Yao Noi