JEAN BOULBET, ETHNOLOGUE, ARCHEOLOGUE, BOTANISTE...

Jean Boulbet, en baie de Phang Nga

Jean Boulbet, pour les jeunes incultes de Phuket ne représente rien. (ceux qui ont des grosses chaînes en toc, de chouettes survêtements estampillés façon homme-sandwich et qui font en permanence de curieux gestes avec leur poignet démantibulé et doigt tendu). Les autres, qui ont eu le bon réflexe de venir surfer sur rawai.fr, échapperont de justesse à cette malencontreuse méconnaissance. Bande de nazes, vous ne serez pas venu pour rien... Vous apprendrez que bien avant vous, des humains ont parcouru le sud de la Thaïlande. Pas pour y monter des affaires foireuses ou blanchir du pognon. Juste pour le plaisir de découvrir...

 HOMMAGE A JEAN BOULBET (1926-2007)


Jean Marcel Boulbet s'est éteint le 11 février 2007, à l'âge de 81 ans, dans sa maison de Patong, sur l'île de Phuket, en Thaïlande. Il laisse deux enfants, Laure, née au Sud Vietnam, et Marc-Udom, né à Phuket.

Son existence fut entièrement dominée par l'observation de terrain, par l'interrogation constante sur les hommes et la forêt, par l'étude des interférences humaines sur le paysage, avec l'idée générale que « Tout étant désigné du dehors, beaucoup de jugements sont faussés à la base alors qu'ils apparaissent rétablis dans leur évidence si l'on part du milieu originel ». Au moment de sa mort, parmi diverses notes inachevées et des centaines de photos, il laissait le manuscrit du troisième tome de ses mémoires (Tome 1 et 2, Seven Orients 2002, 2003), portant sur la dernière période de ses activités en Thailande.
Jean Boulbet était né à Ste Colombe-sur-l'Hers (Aude), le 2 janvier 1926. Engagé volontaire en 1944 dans la Première armée française, puis en 1945 dans la 9e DIC, il fut débarqué à Saïgon et démobilisé sur place, où il devient planteur de thé et de café sur les Hauts-Plateaux. C'est dès 1946 que ce cartographe dans l'âme explore les terres de l'intérieur et qu'il découvre les "Cau Maa", population proto-indochinoise encore insoumise, auprès desquels, pendant plus de quinze ans, il acquière ce sens extrême des plantes, de la faune, de la nature, des déséquilibres, des hommes et de leurs interdits, qui va marquer son oeuvre et faire de lui un être à part.
Obligé de quitter le Vietnam en 1963 à cause de la guerre, il obtient à Phnom Penh une licence de géographie, puis passe son diplôme de l'École pratique des Hautes Études sous la direction de L. Bernot et G. Condominas. En 1964, il est recruté par l'École française d'Extrême-Orient et rédige la suite de ses études au Vietnam.

Jean Boulbet au Vietnam
Jean Boulbet ethnologue
jean Boulbet explorateur

Il est détaché à la Conservation pour s'occuper du parc forestier d'Angkor et des sites extérieurs. Devenu membre de l'École française d'Extrême-Orient en 1968, il décide de s'installer au Phnom Kulen, situé entre la dépression centrale du Grand Lac et l'immense pédiplaine du Cambodge septentrional, dont l'échine gréseuse, d'environ 500 mètres d'altitude, avait provoqué l'apparition d'un milieu bio-géographique exceptionnel. En déversant sur Angkor une rivière permanante sortie de son sommet et consacrée dès l'aube du IXe siècle, le Haut Lieu était devenu le château d'eau surélevé nécessaire aux établissements religieux et économiques des grands rois de l'empire khmer. Jean Boulbet en fit l'étude exhaustive, tant du point de vue des villageois qui l'habitaient, de son paysage vierge pourtant marqué par l'histoire, que sous les angles de la mythologie, de l'archéologie et du religieux. En 1970, délogé du site des temples par l'invasion vietcong, il quitte son implantation du Phnom Kulen et va poursuivre ses recherches à Battambang, d'où il est expulsé vers la Thaïlande par les Khmers rouges, en 1975. Là, c'est à Nanthabury qu'il se fixe provisoirement, près de Bangkok, avec l'intention de parcourir son nouveau pays d'accueil, en quête d'un lieu idéal pour s'enraciner quelque part. À l'occasion de ces années d'errance, propices à une réflexion plus large, il réalise son rêve de voyages dans d'autres zones équatoriales et tropicales (Indonésie, Malaisie, Inde, Afrique centrale, Amérique du Sud), pendant lesquels, par comparaison, il approfondit sa pensée sur le milieu et les conditions qui caractérisent l'Asie du Sud-Est, sur l'alternance nette des deux saisons qui y font naître le régime des moussons, auxquelles s'ajoutent les effets d'une continentalité relative qui isole et protège pour rendre, au sens large, cette unité géographique telle qu'elle est depuis des siècles, mais aussi, bientôt, à cause des hommes et de leurs aménagements, telle qu'elle va devenir. En 1978, il établit définitivement son domicile à Phuket et se marie. Dans un premier temps, il achève ses travaux laissés en chantier au Cambodge, puis reprend, sans pessimisme, ses recherches sur les hommes, ici ceux des forêts du Sud mais aussi de la mer, avec un regard renouvelé, dans un monde qui n'aura jamais cessé de changer sous ses yeux. Jean Boulbet compte aujourd'hui parmi les savants qui ont fait la grandeur de l'EFEO et de la France. Il laisse l'image d'un coureur des bois sans égal, d'un chercheur insatiable, d'un compagnon fidèle, d'un homme, enfin, pour ceux qui l'ont côtoyé, dont l'approche fut un immense privilège.

Par François Bizot

Bibliothèque de l'EFEO (Paris) Réalisation EFEO http://www.efeo.fr

EFEO
Boulbet membre de l'École française d'Extrême-Orient
Boulbet au Vietnam

 HOMMAGE A JEAN BOULBET PAR THIERRY COSTES

Jean Boulbet à Phuket, baie de Phang Nga

Des mélancolies passent dans l'atmosphère, des bulles de jazz voguent sur la stratosphère et mon spleen qui déferle dans la nuit des îles sous la voûte entre contes et légendes sur le domaine des génies. Des lambeaux de firmament s'évaporent dans un ciel maintenant opaque et moussonneux, c'est l'heure des apocalypses. Un orage s'annonce dans le crépuscule agonisant, trois coups de tonnerre, la foudre fracasse ce colossal espace aux allures de géant théâtre… enfin, un peu de paix. Tiens, voilà le fantôme de Jean qui apparaît sur le chemin des apsaras, sacré Boulbet ! Même dans l'au-delà, il ne peut s'empêcher d'aller traîner dans les sylves à la rencontre des dryades, les filles et les géants verts de la haute foret, son dada à lui, sa flamme, son moteur. Epicurien à ses heures, hédoniste le reste du temps, il a croqué la vie à pleine dent comme s'il s'agissait d'une mangue et son fantôme déambule encore sur les rivages de cet île, Phuket, qu'il a aimé tel aucun autre. Je me balade sur les sentes de Khao Phra Teo, à Talang, et des bouquets de palmes éclatent dans les sous-bois, ces fameux keriodoxa elegans dont ils flattaient les courbes ondulant à la moindre brise sous les choréa et autres dipterocarpaceae. C'était son bébé à lui que ce palmier unique, une espèce végétale endémique sur Phuket, qu'il rencontra à la lisière des confins insoumis dans cette cathédrale chlorophyllienne classée aujourd'hui : Parc National de Khao Phra Teo.

J'embarque maintenant dans la Baie de Phang Nga entre mangroves et nuages, je vais me balader sur ces pitons karstiques plantés comme des obélisques entre ciel et mer, je m'en vais revoir ces peintures rupestres posées là par nos cousins du néolithique épris de grands frissons mystiques. C'est Boulbet qui me les a montrées, il y a une quinzaine d'années, il m'initiait alors aux mystères des sylves du Sud thaïlandais, son panthéon à lui. A moi, l'enfant de la ville, il montrait, au détour de chaque sente, le sourire de la Haute Forêt. Il a été mon guide dans ces paysages qui sont miens aujourd'hui… il n'appartient qu'a vous de les saisir aussi.

Me voici devant ces fameux dessins réalisés par nos ancêtres de la préhistoire dans la Baie de Leuk (Ao Leuk), la partie orientale de la Baie de Phang Nga dans la province de Krabi, j'ai amené le bouquin de Jean, c'est lui-même qui les a découvertes, ces roches peintes, à son arrivée ici, en 1975, après 13 années passées au Cambodge sur le site des temples d'Angkor, expert pour l'UNESCO qu'il était alors. A croire que Spielberg est venu fouiller dans sa vie pour son héros, Indiana Jones. Boulbet, c'est un peu la synthèse entre tous ces personnages : Indiana, Tarzan, Shiva et Ivanhoé. C'est notre héros à nous dans nos jungles humides, notre pierre angulaire, notre chaînon manquant.

Bon, c'est pas tout, ces conneries, c'est l'heure de l'apéro, Boulbet était intraitable sur le sujet, pétanque et Ricard obligés… et « Questions pour un champion » en guise de tapas, de buffet. C'était son heure, son rendez-vous quotidien… d'où son refrain préféré, « les copains d'abord » de l'ami Brassens, son maître à penser, son mentor.

Nous recevons, à l'instant, un témoignage inédit d'une locale qui l'a bien connu, Mademoiselle Nina, et qui vient de l'apercevoir dans la Baie de Patong souriant aux anges et déclamant à tout va quelques poèmes lyriques sur son putain de Keriodoxa… je déconne, bien sur, c'est juste pour le taquiner. Vous croyez qu'il se gène, lui, avec son bonhomme de fantôme, hantant le rivage, à souhait, et baguenaudant sur un air de mousson dans la nuit de l'île ?!...

Je te salue, Jean, tu vis dans ma mémoire !

Par Thierry Costes de Siam Evasion

jean Boulbet en baie de Phang Nga

 OEUVRES ORIGINALES


De Palmes et d'épines, TOME 1, Vers le Domaine des génies
(Pays maa', Sud Vietnam, 1947-1963). Texte et photos de Jean Boulbet, Paris, Éditions SevenOrients, 2002, ISBN : 978-2-914936-00-1

De Palmes et d'épines, TOME 3, Vers le paradis d'Indra (Cambodge, 1963-1975). Texte et photos de Jean Boulbet, Paris, Éditions SevenOrients, 2003, ISBN : 978-2-914936-05-2

De Palmes et d'épines, TOME 3, Vers le port d'attache (Phuket, Sud de la Thaïlande, 1975-2007). Texte de Jean Boulbet, Paris, Éditions SevenOrients, 2009, ISBN : 978-2-914936-17-0

 NOTES ET REFERENCES


1. «Quelques aspects du coutumier ndri des Cau Maa'», BSEI 1957
2. «Trois légendes maa» France-Asie 1957
3. «Découverte d'un troisième lithophone préhistorique en pays Mnong Maa'», avec G. Condominas, L'Anthropologie 1958
4. «Description de la végétation en Pays Maa», BSEI 1960
5. «Bordee au Rendez-Vous des Génies», BSEI 1960
6. Introduction à l'étude de la forêt dense», avec J. P. Barry, Annales de la Fac. Sc. de Saigon, 1960
7. «Modes et techniques du Pays Maa», BEFEO 1965
8. «Le Miir culture itinérante avec jachère forestière en pays Maa'» BEFEO 1966
9. «Génocide sur les minorités au Sud-Vietnam», Études Cambodgiennes 1967
10. Pays des Maa, Domaine des génies, PEFEO 1967
11. «Femmes Budih et apsaras d'Angkor Vat» Arts Asiatiques 1968
12. «Le gibbon», Nokor Khmer 1969
13. «Le décor forestier» Nokor Khmer 1970
14. Dialogue lyrique des Cau Maa, PEFEO 1972
15. «Phnom Kulen», Études cambodgiennes 1968
16. «Kbal Spean, la rivière aux mille linga», Nokor Khmer 1970
17. «Les sites archéologiques de la région du Bhnom Gulen», avec B. Dagens, Arts Asiatiques 1973
18. «Phnom Kulen, paysage rural particulier au Cambodge», Études rurales 1974
19. Paysans de la forêt, EEFEO 1975
20. Évolution des paysages végétaux en Thaïlande du Nord-Est, PEFEO 1982; Forêts et Pays, PEFEO 1984
21. Le Phnom Koulen et sa région, PEFEO 1979
22. Phuket, Sangwan Surasarang Bangkok 1979, 2e éd. augmentée 1984
23. «Notes sur l'image de la mer chez les Cau Maa» Asie du Sud-Est et Monde Insulindien 1983
24. «Découvrir ou retrouver», ASEMI 1984
25. Un héritage étrange: les roches peintes. Sites inédits de Thaïlande du Sud, Bangkok 1985
26. Phuket, Réserve de faune et de flore, avec Nophadol Briksavan, Andaman Press 1986
27. Phuket, Image satellite Spot et son exploitation de terrain, CNES 1988
28. Vers un sens de la Terre, Prince of Songkla University 1995

KOH PANYEE

Koh Panyii près de Phuket

 GITANS DE LA MER

Gitans de la mer à Rawai

KOH YAO NOI

Koh Yao Noi

PHUKET VINTAGE

vieilles photos de Phuket